La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 858,79
    -65,33 (-0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Très écologiques, ces fenêtres pourraient remplacer le Wi-Fi !

À l’heure où le gouvernement souhaite couper le Wi-Fi la nuit, une nouvelle technologie pourrait offrir une alternative pour la connexion sans fil et réduire sensiblement la consommation électrique. Des chercheurs de l’université des sciences et technologies du roi Abdallah en Arabie saoudite ont créé des fenêtres capables de créer un réseau sans fil en se servant de la lumière du soleil, grâce à du verre connecté. Ils ont présenté leur invention dans la revue IEEE Photonics.

La transmission des données par la lumière n’est pas une idée nouvelle. L’année dernière, Oledcomm avait même présenté une puce Li-Fi suffisamment petite pour être intégrée dans un smartphone. Toutefois, ici il n’y aurait pas d’appareil émetteur de lumière, puisque ces fenêtres connectées modulent directement la lumière du soleil.

Des données transmises par la lumière polarisée

La technologie repose sur des obturateurs double-cellules à cristaux liquides (Dual-cell Liquid Crystal Shutters ou DLS) transparents intégrés directement dans le verre. Contrairement au Li-Fi, qui encode les données dans l’intensité de la lumière émise, les DLS modifient la polarisation de la lumière qui les traverse. Cette modulation ne serait pas perceptible à l’œil nu, mais pourrait être détectée et décodée par une caméra de smartphone. Étant donné que ces fenêtres n’émettent pas de lumière, elles ne consomment qu’un seul watt et pourraient donc être alimentées par un petit panneau solaire. À titre de comparaison, le Wi-Fi consomme entre 5 et 20 watts.

À l’heure actuelle, la vitesse de transmission est limitée à seulement 16 kilobits par seconde. Toutefois, les chercheurs espèrent l’améliorer pour atteindre une vitesse en mégabits ou gigabits par seconde. Le principal point faible des fenêtres connectées est qu’elles ne fonctionnent que de jour. Cependant, elles pourraient être utilisées dans les bureaux, complétées par du Wi-Fi lorsqu’il fait nuit.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura