Marchés français ouverture 5 h 24 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 578,22
    +336,01 (+1,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,2101
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    29 479,81
    +617,04 (+2,14 %)
     
  • BTC-EUR

    30 418,98
    -166,24 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    722,32
    -12,82 (-1,74 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Toyota RAV4 et BMW X3 hybrides rechargeables : l'ascète et l'hédoniste

·2 min de lecture

COMPARATIF – Ces deux SUV destinés aux familles entendent combiner puissance et sobriété. Si le japonais impressionne par son efficience, l’allemand affiche un standing et un agrément de conduite plus en rapport avec le tarif élevé.

Une Toyota au tarif de sa concurrente de chez BMW ? C’est du jamais vu ! Et pourtant, il semblerait que le japonais ait pris la grosse tête avec son RAV4 hybride rechargeable : dans la finition Collection de notre modèle d’essai, la facture grimpe à 61.500 €, à comparer aux 65.650 € du BMW X3 xDrive30e xLine, très légèrement moins bien équipé mais infiniment mieux présenté. Surtout, il ne faut pas oublier que ce genre de véhicules est avant tout financé par des locations longue durée. Et à ce jeu, c’est le bavarois qui devient plus abordable : 700 € par moi contre 739 € pour le japonais, un comble !

A ce prix-là, une auto doit se montrer flatteuse. Et, à première vue, la version hybride rechargeable du RAV4 n’a pas grand-chose pour justifier les 11.500 € supplémentaires réclamés par rapport à l’hybride standard (certes moins puissante), à finition équivalente. Ce SUV Toyota, qui a pris du volume au fil des ans (il est désormais long de 4,60 m) préfère afficher des lignes robustes, inspirées du monde des robots, que de céder à un quelconque souci d’élégance. Seule nouveauté : des jantes de 19 pouces au dessin inédit.

Le RAV4 n’a pas la gueule de l’emploi

A l’intérieur également, le Toyota préfère la fonctionnalité au souci du détail. La sellerie en cuir est spécifique, mais son grain n’est pas vraiment flatteur, trop assorti au skaï qui recouvre la planche de bord. L’ergonomie est simple, mais l’équipement, qui semble complet à la lecture de la fiche technique, déçoit par sa qualité : la définition de la caméra à 360° est indigne du tarif, le graphisme du GPS (pas toujours pertinent pour prendre en compte le trafic dans ses calculs d’itinéraires) d’un autre âge et le pilote semi-automatique ne met pas totalement en confiance.

Reste que, grâce à ses dimensions, le RAV4 offre une habitabilité des plus correctes et des aspects pratiques quasiment intacts, malgré l’implantation de la batterie de 18,1 kWh. Certes, le coffre perd une partie de son double-fond mais le volu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi