Marchés français ouverture 6 h 25 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 571,39
    +605,38 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2093
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    38 300,51
    -322,79 (-0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    925,56
    -7,58 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Comment Toyota parvient à être le champion auto des profits

·2 min de lecture

Premier constructeur automobile mondial en 2020, Toyota table sur un bénéfice net de 15 milliards sur l'année fiscale en cours (1er avril 2020 à fin mars 2021). Voici les recettes d'une réussite historique, qui mélange management efficace, stratégie de long terme et verrouillage du marché intérieur!

Champion! Toyota est pas seulement le par ses ventes, titre qu’il a reconquis en 2020, mais il est aussi le plus rentable. Le géant nippon s’est même payé le luxe ce mercredi 10 février de relever ses prévisions de résultats pour l’année fiscale 2020-21 qui prend fin au 31 mars prochain. Il table sur un bénéfice net faramineux de 1.900 milliards de yens (15 milliards d'euros) entre le 1er avril 2020 et la fin mars 2021, qui marquerait à peine un repli de 6,7% sur 2019-20. La firme japonaise vise aussi un résultat d’exploitation de 2.000 milliards (15,8 milliards d’euros, -17%). Soit une marge honorable de 7,5%. Et ce, malgré la pandémie mondiale et la pénurie de semi-conducteurs qui force les constructeurs à réduire leurs niveaux de production. Sur son troisième trimestre fiscal (octobre-décembre 2020), son bénéfice net a déjà bondi de moitié à 838 milliards de yens (6,6 milliards d'euros).

Toyota avait vu ses ventes reculer seulement de 11,3% à 9,53 millions en 2020 (année calendaire). Il précédait Volkswagen (-15,2% à 9,3 millions) et l' (-24% à 7,7 millions). En 2007, GM avait cédé sa première place mondiale historique à Toyota, qui l’a conservée jusqu’en 2015 -à l’exception de l’année 2011 où le Japon a été frappé par le tsunami. Volkswagen a pris le relais jusqu’en 2018, année où l’Alliance franco-japonaise a pris le dessus. L’Allemand est redevenu le premier en 2019 pour une année seulement.

En capitalisation boursière, Toyota écrase encore plus son rival allemand Volkswagen ! Il atteint 210 milliards d’euros de valorisation, contre 89 seulement pour Volkswagen, 42 pour Stellantis (PSA + FCA). Nissan se monte à 22 milliards à peine, Renault à 11,8. Toyota n’est dépassé dans l’automobile que par (665 milliards d’euros), mais, dans ce cas, c’est une société dont la valorisation ne repose que sur les spéculations sur ses futurs succès potentiels.

Pertes lourdes pour Nissan, Mitsubishi Motors

Les prévisions plutôt optimistes de Toyota tranchent avec la morosité [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi