Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 989,83
    -97,55 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    16 207,51
    -67,43 (-0,41 %)
     
  • Nikkei 225

    40 109,23
    +198,41 (+0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,0858
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • HANG SENG

    16 595,97
    +6,53 (+0,04 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 509,08
    +4 515,77 (+7,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 130,95
    -6,13 (-0,12 %)
     

Toyota: nouvel envol des bénéfices, prévisions annuelles relevées

Photo du logo de Toyota chez un concessionnaire de la marque à Okinawa (sud-ouest du Japon) le 30 janvier 2024 (Richard A. Brooks)
Photo du logo de Toyota chez un concessionnaire de la marque à Okinawa (sud-ouest du Japon) le 30 janvier 2024 (Richard A. Brooks)

Le numéro un mondial de l'automobile Toyota a annoncé mardi une nouvelle envolée de ses bénéfices trimestriels grâce à une demande mondiale robuste, et a encore relevé ses objectifs annuels grâce à des effets de change plus favorables qu'initialement prévu.

Le groupe japonais - qui a conservé en 2023 sa couronne de premier constructeur mondial en volume pour une quatrième année consécutive - profite toujours d'une demande mondiale très solide notamment pour ses véhicules hybrides, ce qui compense ses ventes encore limitées dans le segment tout-électrique, dans lequel il s'est lancé tardivement.

Et désormais les perturbations sur les chaînes d'approvisionnement sont dans son rétroviseur, ces difficultés, liées notamment à la pénurie mondiale de semi-conducteurs, ayant freiné sa croissance en 2022/23.

Toyota a ainsi commencé en avril dernier son exercice en cours 2023/24 avec "une pile de commandes" de clients dans le monde entier, a rappelé mardi son directeur financier Yoichi Miyazaki lors d'une conférence de presse à Tokyo.

- "Comme un sprint" -

Depuis le groupe a foncé pour y répondre le plus vite possible. "Cela a été comme un sprint sur le trimestre écoulé", a ajouté M. Miyazaki.

Lors du troisième trimestre de son exercice décalé 2023/2024, Toyota a dégagé un bénéfice net de 1.357,8 milliards de yens (8,5 milliards d'euros), un bond de 86,6% sur un an. Son bénéfice opérationnel trimestriel a également bondi, de 75,7%, et son chiffre d'affaires s'est établi à 12.041,1 milliards de yens (75,5 milliards d'euros), augmentant de 23,4%.

En volume, les ventes trimestrielles du constructeur ont augmenté de 9% à près de trois millions de véhicules. Toyota a progressé dans la plupart de ses régions, surtout en Amérique du Nord et en Europe.

Ses ventes en volume ont en revanche presque stagné en Asie (hors Japon), alors qu'en Chine, Toyota a encore du mal à s'adapter à la concurrence devenue redoutable des constructeurs locaux, qui excellent par ailleurs dans le tout-électrique.

En se basant sur un taux de change dollar/yen un peu plus haut que précédemment (un dollar pour 143 yens contre 141 yens lors de ses précédentes prévisions), Toyota escompte désormais un bénéfice net annuel de 4.500 milliards de yens (28,18 milliards d'euros). Cela reviendrait à un bond impressionnant de 83,6% sur un an.

- Filiales engluées dans des scandales -

Toyota a aussi relevé sa prévision de bénéfice opérationnel annuel, passée de 4.500 à 4.900 milliards de yens (+79,8% sur un an), ainsi que son objectif de chiffre d'affaires, attendu à 43.500 milliards de yens (272,6 milliards d'euros) contre 43.000 milliards de yens précédemment. Le chiffre d'affaires augmenterait ainsi de 17% sur un an.

Le groupe a cependant abaissé de 150.000 unités son objectif annuel de ventes en volume, qu'il a fixé à 11,23 millions de véhicules.

Toyota a expliqué cette révision par les déboires de sa filiale Daihatsu (mini-véhicules), qui a suspendu sa production depuis fin décembre à cause d'irrégularités lors de tests de certification de ses véhicules. Dernièrement, des problèmes similaires concernant des moteurs diesel fabriqués par une autre de ses filiales, Toyota Industries, ont contraint Toyota à interrompre partiellement sa propre production dans quatre de ses usines au Japon.

Si l'impact de ces scandales se prolongeait, le groupe pourrait encore revoir ultérieurement à la baisse ses ventes en volume au Japon, a prévenu M. Miyazaki.

Le président du conseil d'administration de Toyota, Akio Toyoda, s'est publiquement excusé la semaine dernière pour ces scandales en cascade et a promis de s'en occuper personnellement.

"De manière générale, de tels scandales peuvent entamer la réputation (d'un groupe, NDLR) et la confiance des investisseurs", a rappelé à l'AFP Tatsuo Yoshida, analyste automobile chez Bloomberg Intelligence. Les excuses exprimées par M. Toyoda "devraient aider à limiter ces impacts négatifs", mais à terme tout dépendra de l'efficacité des mesures du groupe pour remettre rapidement ses filiales sur la bonne voie, a ajouté cet analyste.

En attendant, l'action Toyota a fini en nette hausse de 4,77% à la Bourse de Tokyo, dans un marché en baisse de 0,53%, les investisseurs ayant applaudi le relèvement de ses objectifs annuels.

Quelques heures après la publication de ses résultats, Toyota a par ailleurs annoncé qu'il allait investir dans une deuxième usine de semi-conducteurs du taïwanais TSMC au Japon, dont les travaux doivent démarrer fin 2024 en vue d'une mise en route d'ici fin 2027. Outre TSMC et Toyota, l'équipementier automobile nippon Denso et Sony vont également investir dans ce projet.

etb-nf/spi