La bourse ferme dans 4 h 8 min
  • CAC 40

    6 510,44
    -13,00 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 745,70
    -3,65 (-0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 309,51
    +535,11 (+1,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,0335
    +0,0033 (+0,32 %)
     
  • Gold future

    1 806,60
    -7,10 (-0,39 %)
     
  • BTC-EUR

    23 721,59
    +1 217,43 (+5,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    577,20
    +45,98 (+8,66 %)
     
  • Pétrole WTI

    92,85
    +0,92 (+1,00 %)
     
  • DAX

    13 694,83
    -6,10 (-0,04 %)
     
  • FTSE 100

    7 487,03
    -20,08 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    12 854,80
    +360,88 (+2,89 %)
     
  • S&P 500

    4 210,24
    +87,77 (+2,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • GBP/USD

    1,2201
    -0,0017 (-0,14 %)
     

Toyota dérouille mais reste le constructeur le plus profitable du monde

Challenges - N. Meunier

Sur son premier trimestre fiscal, Toyota affiche des indicateurs à la baisse à cause de la crise mondiale. Mais le numéro un auto mondial prévoit une année fiscale 2022-23 très honorable. Malgré des marges inférieures (en pourcentage) à maints rivaux, le groupe nippon les écrase sur le plan des bénéfices bruts (en milliards d'euros). Voici les recettes d'un constructeur hors normes!

Finalement, il se voit rattrapé par la crise et le confinement en Chine. a vu en effet son bénéfice net chuter de 18% sur son premier trimestre fiscal (avril-juin 2022 à 737 milliards de yens, 5,4 milliards d'euros). Et son bénéfice opérationnel s'est effondré de 42% (à 576 milliards de yens, 4,2 milliards d’euros). Avec une marge de 6,8%, très inférieure à celle de (14,1% au premier semestre) ou Volkswagen (9,7%). Mais, pour l’année fiscale en cours, qui s’achèvera le 31 mars 2023, Toyota s’attend à un bénéfice net annuel de 2.360 milliards de yens (17,4 milliards d'euros), plus haut que prévu initialement, même s’il serait en recul de 17% sur un an, un profit opérationnel de 2.400 milliards (17,6 milliards d'euros, en baisse de 20% sur 2020-21) et une marge frisant les 7%, contre 9,5% l’année précédente.

Le chiffre d’affaires serait, quant à lui, en hausse de presque 10% par rapport à l’exercice précédent. Et le groupe de Toyoda City escompte 10,7 millions de véhicules vendus (avec les petites voitures de Daihatsu et les poids-lourds de Hino), soit 300.000 de plus qu'en 2021-22. L’an dernier, Toyota était le champion mondial des ventes de véhicules, devant Volkswagen, mais aussi le champion toutes catégories des profits (en milliards d’euros). De très loin. Il n’y a qu’en marge (en pourcentage du chiffre d’affaires), que Toyota était distancé. Le Japonais ne s’est jamais caractérisé en effet par des marges faramineuses, mais celles-ci sont toujours restées à peu près constantes (8% en 2020-21, 8,2% en 2017-18). Ce qui compte pour , c’est la régularité. Malgré le premier trimestre fiscal en berne à cause des restrictions de production, Toyota table in fine sur une année 2022-23 très honorable.

Un marché intérieur verrouillé

Quelles sont donc les recettes historiques qui permettent au Japonais, malgré vents et marées, d’afficher une insolente réussite sur la durée? Plusieurs réponses à cela. Tout d’abord, le groupe japonais verrouille son marché intérieur, où il dé[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles