Marchés français ouverture 4 h 50 min
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • Nikkei 225

    28 498,91
    +214,99 (+0,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,1303
    +0,0010 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 559,47
    -292,77 (-1,23 %)
     
  • BTC-EUR

    50 733,29
    -422,58 (-0,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,59
    +17,66 (+1,24 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     

Tourisme: avant un "plan de reconquête", un "sommet" pour vanter la destination France

·3 min de lecture

Rester la première destination touristique mondiale et attirer les investisseurs: c'est l'objectif du premier "sommet Destination France" qui réunit jeudi à Paris une cinquantaine de patrons français et internationaux du secteur accueillis par Emmanuel Macron.

Alors qu'un "plan de reconquête du tourisme", voulu par Emmanuel Macron, doit être dévoilé à la mi-novembre par le Premier ministre Jean Castex, ce sommet accueillera des investisseurs (Certares, KKR, Montefiore...), des croisiéristes (Carnival, Royal Caribbean Cruise...), des hôteliers (Accor, Radisson, Marriott...), des plateformes touristiques (Expedia, Virtuoso, Airbnb...) et divers acteurs tels que le Club Med, Blablacar, Air France, ADP, la Compagnie des Alpes....

"Nous devons multiplier les synergies entre les secteurs" et "penser à 5-10 ans pour remettre le tourisme sur les rails et que la destination France redevienne la première", après une crise sanitaire qui a réduit le nombre de touristes étrangers en France de 90 millions en 2019 à 40 millions en 2020, a déclaré Emmanuel Macron lors de son discours d'accueil à l'Elysée.

"Nous avions 15 milliards d'euros d'investissement par an avant crise, nous devons viser 20 milliards par an", a-t-il poursuivi, "j'ai besoin de vos investissements".

Après ce discours, les invités ont pris la direction de l'hôtel de la Marine, place de la Concorde, pour des tables rondes et échanges bilatéraux sous l'égide du secrétaire d'Etat au tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne.

Les tables rondes sont consacrées à l'attractivité de la France, aux investissements et à l'emploi, ainsi qu'aux enjeux de la transformation de l'offre touristique. Plusieurs startups françaises sont conviées lors du cocktail de clôture.

Les participants ont aussi fait des annonces, à l'instar du groupe hôtelier Accor qui doit communiquer sur son partenariat officiel avec les Jeux Olympiques de Paris 2024 ainsi que sur celui de sa filiale ResaEvents avec le comité d'organisation de la Coupe du monde de Rugby France 2023.

Airbnb a annoncé une donation de 5,6 millions d’euros au programme "Patrimoine et Tourisme local" de la Fondation du patrimoine.

- 90 millions de touristes étrangers -

De leur côté, les organisateurs devaient mettre en avant auprès des investisseurs les multiples atouts de la France: sa culture, sa gastronomie, son accès facile pour ses voisins européens, sa forte clientèle locale, des "noms" qui parlent à l'international (Côte d'Azur, Bourgogne, Bordeaux...) mais aussi ses infrastructures de transport et de santé.

Avant la crise sanitaire, le secteur du tourisme représentait 16 milliards d'euros d'investissements par an. Avec la pandémie, les investissements sont tombés autour de 10 milliards, selon des chiffres d'Atout France.

Mais les discussions lors de ce sommet permettront aussi de "nourrir les derniers arbitrages" en cours pour dresser le plan de reconquête du tourisme, précise-t-on à l'Elysée. En juin, le président de la République avait annoncé le principe d'un tel plan de reconquête et d'investissement dans le tourisme à horizon de cinq ans.

Si le chef de l'Etat n'avait alors pas détaillé de perspectives chiffrées, il avait lancé quelques pistes telles que la formation, la valorisation du patrimoine (dont une stratégie "tourisme vert, tourisme patrimonial"), la montée en qualité des infrastructures ou encore des investissements dans le numérique.

Depuis, le gouvernement multiplie les consultations auprès des professionnels du secteur mais aussi des collectivités.

Durant la crise sanitaire, l'Etat a investi 38 milliards d'euros d'aides dans le secteur du tourisme qui représentait, avant la pandémie, 7,4% du PIB en 2019 et 9,5% des emplois.

Cette même année, 90 millions de touristes étrangers étaient venus en France, confortant sa place de première destination touristique mondiale et générant 170 milliards d'euros de recettes.

kap-leb/ak/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles