La bourse ferme dans 8 h 11 min
  • CAC 40

    6 106,92
    +59,61 (+0,99 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 563,73
    +24,85 (+0,70 %)
     
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,0591
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 828,70
    +3,90 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    19 749,03
    -536,17 (-2,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,16
    -5,63 (-1,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,52
    +1,95 (+1,78 %)
     
  • DAX

    13 258,28
    +72,21 (+0,55 %)
     
  • FTSE 100

    7 326,78
    +68,46 (+0,94 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    22 414,91
    +185,39 (+0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,2271
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Toulouse : pour profiter de la vitalité de l'aéronautique

En 2021, les professionnels envisageaient un ralentissement du marché toulousain en raison de la crise de la Covid. N’en déplaise aux Cassandre, le marché de la ville rose affiche une santé éclatante. L'agglomération compte chaque année plus de nouveaux arrivants que de partants et les prix continuent leur progression. Si ces mois de crise n’ont pas impacté la bonne forme des transactions, ils ont néanmoins modifié les attentes des acheteurs et des investisseurs.  Les deux pièces sont très recherchés À Toulouse, la hausse des prix n’a pas cessé malgré les événements, elle est juste moins accentuée que les années précédentes. «C’est un marché qui reste tendu, même s’il y a un petit peu moins d’acheteurs», constate-t-on dans les agences du réseau Foncia. Dans les jolies rues de l’hyper centre, les prix ont encore progressé de 5%. «Il y a peu de temps encore, avec 100.000 euros, vous pouviez vous offrir un studio.  Aujourd’hui, comptez plutôt 130.000 euros pour le même bien qui sera loué quelque 500 euros par mois», explique Laurent Colombel, conseiller immobilier du cabinet Bedin Immobilier. Dans le centre-ville, les petites surfaces sont plébiscitées par les étudiants, les jeunes salariés et les touristes. «Il n’y a pas assez d’offres pour satisfaire la demande, constate Éric Massat, gérant de Domicilium. Les studios et les deux pièces affichés au bon prix se vendent très vite. Comptez 5.000 à 6.000 euros/le m² aujourd’hui alors qu’il y a six ans, un budget de 4.000 à 5.000 euros le m² suffisait.» À défaut de jardin, de balcon ou de terrasse dans les quartiers historiques (Capitole, Carmes, Chalets, Saint-Georges), les acheteurs en mal d’extérieur recherchent la luminosité. Dans la rue la plus connue du quartier des Carmes, un appartement sur cour et rue, très lumineux de 47m2 a été vendu 217.000 euros. Il pourra être Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles