La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    15 165,42
    +313,85 (+2,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Il appelait ses ex-employeurs plus de 200 fois par jour pour les menacer de mort

·2 min de lecture
A Toulouse, un intérimaire a appelé ses ex-employeurs plus de 200 fois par jour pour les menacer de mort...
A Toulouse, un intérimaire a appelé ses ex-employeurs plus de 200 fois par jour pour les menacer de mort...

À Toulouse, un homme de 29 ans a harcelé ses ex-employeurs pendant près de 3 mois, en les appelant plus de 200 fois par jour pour les menacer de mort. Il a été condamné à 6 mois de prison dont 4 avec sursis.

"Je vais venir tous vous égorger", "Je vais venir avec un couteau et te trancher la gorge". Entre le 20 juillet et le 10 octobre, un homme de 29 ans, sans titre de séjour, a appelé plus de 200 fois par jour ses ex-employeurs pour les menacer de mort, rapporte La Dépêche.

L'individu, qui travaillait pour une société d'intérim, a vu son activité se raréfier avec le confinement. Progressivement, la relation avec ses ex-employeurs a tourné au vinaigre, au point de basculer dans la violence verbale et les menaces de mort.

"Ils ont profité de ma situation, c'est mon droit de réclamer mon argent"

"Ils ont profité de ma situation, c'est mon droit de réclamer mon argent", a déclaré l'intérimaire lors de son audience au tribunal correctionnel de Toulouse, tout en niant les propos rapportés par les 3 personnes menacées.

"Je reconnais les avoir menacés mais je n’ai pas dit tout ça. Ils en rajoutent", a-t-il estimé. "Vous ne saisissez visiblement pas le rapport entre vos propos et le contexte actuel d’attentats terroristes. Ils ont une résonance très forte. Vous avez appelé certaines de vos victimes plus de 200 fois par jour !", a fait remarquer de son côté le procureur.

Présent sur le territoire français depuis 2013, et très discret jusqu'à présent

Les trois victimes ont quant à elles réclamé 1 euro symbolique. Présent sur le territoire depuis 2013, et très discret jusqu'à présent, l'intérimaire a finalement été condamné à 6 mois de prison, dont 4 avec sursis probatoire.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :