Publicité
Marchés français ouverture 8 h 32 min
  • Dow Jones

    39 069,23
    -62,27 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    15 976,25
    -20,57 (-0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    39 233,71
    +135,01 (+0,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,0852
    +0,0029 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    16 634,74
    -91,12 (-0,54 %)
     
  • Bitcoin EUR

    50 317,69
    +2 630,46 (+5,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 069,53
    -19,27 (-0,38 %)
     

"Je suis toujours allé au contact": Macron répond aux critiques qui le qualifient de "méprisant"

Yoan VALAT / POOL / AFP

Interrogé sur l’image qu’il reflète auprès des Français, le président de la République a “récusé” être “méprisant", sur le plateau de TF1 au cours d’une interview ce lundi soir.

“Je le récuse parce qu'on ne va pas au contact comme je vais depuis que je suis engagé dans la vie politique, quand on a du mépris pour les gens. Et je vais vous dire, quand on a du mépris, on s'en fiche”, a-t-il déclaré.

Selon un sondage mené par l'institut Elabe, pour BFMTV, le chef de l'Etat est perçu par les Français comme une personnalité "méprisante", pour 68% d'entre eux. Par ailleurs, 77% des interrogés trouvent que le chef de l'État est "autoritaire", 73% le trouvent "arrogant" et 69% "pas sympathique".

Celui qui est régulièrement accusé d'être "le président des riches" par l'opposition s'est ainsi vu affublé de l'adjectif "méprisant", la gauche en ayant même fait un slogan, contre le "méprisant de la République".

"Je n'aime pas cet adjectif", répond-il.

"Subir et accepter"

Emmanuel Macron, sous le feu des critiques notamment en raison de la réforme des retraites, estime “subir et accepter l'impopularité qui va avec” ce texte.

Le président de la République, volubile sur le plateau de TF1, a profité de son entretien face à Gilles Bouleau pour répondre aux critiques: “si je méprisais vraiment les Françaises et les Français, ou notre pays, je n’essayerais pas de parler à l'intelligence collective et de faire ce qui est bon pour le pays, je penserais à ma pomme”, a lancé le chef de l’Etat.

Ces dernières semaines, dans le cadre de la mobilisation populaire contre la réforme des retraites, les concerts de casseroles ont été organisés dans de nombreuses villes à l'occasion des déplacements du président de la République ou de membres du gouvernement notamment. Les autorités ont été jusqu'à interdire des "dispositifs sonores portatifs" en marge d'un déplacement de Macron la semaine dernière.

Article original publié sur BFMTV.com