La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 297,92
    -97,09 (-0,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,0522
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 809,50
    -5,70 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    16 120,13
    -94,69 (-0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,72
    +1,30 (+0,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,87
    -1,35 (-1,66 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 400,09
    -82,36 (-0,72 %)
     
  • S&P 500

    4 055,49
    -21,08 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2271
    +0,0014 (+0,12 %)
     

TotalEnergies reste en Russie pour le "bien-être de l'Europe", se défend le PDG

Total

Le patron de TotalEnergies, Patrick Pouyanné, a défendu mercredi devant les députés français le maintien du contrat de gaz naturel liquéfié (GNL) conclu par son groupe avec la Russie, affirmant qu'il servait avant tout au "bien-être" des Européens. Pour contrer le tarissement du gaz russe acheminé par gazoduc, l'Europe qui en était très dépendante a dû diversifier ses approvisionnements en recourant au gaz naturel liquéfié (GNL), en provenance des Etats-Unis mais aussi de Russie notamment. Ce contrat est "uniquement justifié par la responsabilité d'amener du GNL en Europe", a souligné le PDG de TotalEnergies devant les députés de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. "Si nous continuons à rester en Russie, c'est parce que nous avons un contrat de gaz naturel liquéfié, et c'est pour le bien-être des populations européennes, pour assurer la sécurité d'approvisionnement de l'Europe", a-t-il dit.

Pendant plus de deux heures, Patrick Pouyanné a été passé sur le grill des questions des parlementaires de l'Assemblée nationale sur ses projets et intérêts parfois controversés à l'étranger, comme en Russie mais aussi en Ouganda et en Tanzanie. Le PDG a toutefois minimisé le poids de la Russie, "pas importante" pour l'entreprise, qui pourrait d'ailleurs en partir "demain matin" selon lui. "Depuis le début de l'année, nous nous sommes désengagés progressivement de tous les projets qui avaient uniquement une vocation domestique, nous en sommes sortis", a-t-il assuré. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

McDonald’s lance un concours pour gagner une chaise qui garde les burgers au chaud
Comment Leocare dépoussière le monde de l’assurance ?
Bourse : l'action Teleperformance plonge de plus de 20% après l'ouverture d'une enquête
CAC 40 : la Bourse en baisse, les déboires des cryptomonnaies inquiètent, l'inflation aux Etats-Unis attendue au tournant
Le cadeau d’adieu surprise du patron de Red Bull à ses employés avant son décès