La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 765,52
    -30,23 (-0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 080,15
    -27,87 (-0,68 %)
     
  • Dow Jones

    34 580,08
    -59,71 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,1317
    +0,0012 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 782,10
    +21,40 (+1,22 %)
     
  • BTC-EUR

    43 656,41
    +1 731,24 (+4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,14
    -74,62 (-5,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,22
    -0,28 (-0,42 %)
     
  • DAX

    15 169,98
    -93,13 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 122,32
    -6,89 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 085,47
    -295,85 (-1,92 %)
     
  • S&P 500

    4 538,43
    -38,67 (-0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    28 029,57
    +276,20 (+1,00 %)
     
  • HANG SENG

    23 766,69
    -22,24 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3235
    -0,0067 (-0,50 %)
     

Total mis en cause pour avoir minimisé son rôle actif dans le réchauffement climatique

·2 min de lecture

Le groupe pétrolier français Total était au courant depuis les années 1970 des conséquences néfastes de ses activités sur l'environnement, mais a préféré garder le silence : c'est ce que révèle un article écrit par trois chercheurs, paru dans la revue Global Environnemental Change.

Les chercheurs sont d'abord tombés sur un article publié dans la revue interne de Total en 1971. À l'époque, le réchauffement climatique n’est quasiment pas documenté ni même vraiment connu du grand public. Et pourtant, l'article de la revue de Total explique alors que la combustion d'énergies fossiles conduit à la libération de quantités énormes de gaz carbonique dans l'atmosphère qui est assez préoccupante, souligne le texte. Pour autant, le groupe passera ce sujet sous silence.

► À lire aussi : Réchauffement climatique: l'ONU sonne l'alerte sur la production d'énergies fossiles

Pire encore selon les chercheurs au tournant des années 1980, Total et ELF, champions français du pétrole, feront pression, avec succès, contre les politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le géant américain Exxon, via l'Association environnementale de l'industrie pétrolière (IPIECA), mène campagne pour « contester la science climatique et affaiblir les contrôles sur les énergies fossiles », expliquent les chercheurs.

« La nouveauté est qu'on pensait que seul Exxon et les groupes américains étaient dans la duplicité », mais « on s'aperçoit que nos champions pétroliers français ont participé à ce phénomène au moins entre 1987 et 1994 », a détaillé à l'AFP Christophe Bonneuil, l'un des trois chercheurs. L'IPIECA a « torpillé par du lobbying actif les projets d'écotaxe de la commission européenne entre 1990 et 1994 » et d'autres projets de régulation des énergies fossiles, a déclaré le chercheur, lors d'une conférence de presse en ligne. Selon lui, « on trouve des notes internes qui se félicitent de ce travail de lobbying » dans les archives des groupes français étudiées.

Il faudra attendre le milieu des années 2000 pour qu'enfin Total reconnaisse publiquement la réalité du changement climatique. Vient ensuite le temps du greenwashing. Le groupe pétrolier se met en scène du côté des solutions et non du côté du problème.

Le groupe pétrolier se défend et assure que la connaissance qu'il avait du réchauffement climatique en 1970 était la même que celle des chercheurs de l'époque. Ni plus ni moins.

À lire l'article paru dans la revue Global Environnemental Change

Les ONG Notre affaire à tous et 350.org demandent dans un communiqué commun à ce qu'une commission d'enquête soit mise en place au sein du Parlement. Elles pointent du doigt le fait que TotalEnergies persiste à vouloir augmenter encore et toujours ses capacités de production et « développe de nouveaux projets dévastateurs dans des régions protégées ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles