La bourse ferme dans 1 h 18 min
  • CAC 40

    5 596,74
    -20,53 (-0,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 594,50
    -8,17 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    30 891,79
    +77,53 (+0,25 %)
     
  • EUR/USD

    1,2129
    +0,0045 (+0,38 %)
     
  • Gold future

    1 834,50
    +4,60 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    30 560,34
    +387,35 (+1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    732,08
    +16,89 (+2,36 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,60
    +0,24 (+0,46 %)
     
  • DAX

    13 822,48
    -25,87 (-0,19 %)
     
  • FTSE 100

    6 700,87
    -19,78 (-0,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 108,95
    +110,45 (+0,85 %)
     
  • S&P 500

    3 785,74
    +17,49 (+0,46 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3612
    +0,0026 (+0,19 %)
     

Togo: la dynamique Kpodzro annonce l'enlèvement de l'un de ses membres à Lomé

·2 min de lecture

Un responsable de la coalition d'opposition dynamique Kpodzro a été enlevé, vendredi 27 novembre, dans le centre-ville de Lomé, selon son mouvement. Se fondant sur un témoin oculaire, le groupe affirme que Gérard Djossou, chargé notamment des questions des droits de l'Homme et des prisonniers politiques, a été kidnappé dans sa propre voiture.

C'est en fin d'après-midi, vendredi 27 novembre, que Gérard Djossou, a été enlevé dans la capitale Lomé par plusieurs hommes en vêtements civils, assure la dynamique Kpodzro, dont il est membre. Les kidnappeurs ont été rejoints par un homme en uniforme et ont conduit Gérard Djossou dans un endroit inconnu.

Cet incident survient alors que l'opposition a appelé à une manifestation ce samedi 28 novembre. Une manifestation qui a été interdite par les autorités. Pour la coordinatrice de la dynamique Kpodzro, Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, il s'agit d'un nouvel acte de harcèlement du pouvoir.

« Il s'agit d'intimider les Togolais. Nous trouvons cela dommage car ces pratiques ne règleront rien. Le régime en place gagnerait plutôt à laisser tomber tout ce qui est intimidations et représailles, à laisser le prétexte lié au Covid, à ne plus se fonder sur une loi sur les manifestations publiques qui a, par ailleurs, été jugée contraire aux droits de l'Homme par la commission des droits de l'Homme des Nations unies. Celle-ci a demandé que cette loi soit réformée. Et on nous l'oppose », explique Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson.

La coordinatrice de la dynamique Kpodzro ajoute : « Toutes ces pratiques ne servent à rien. C'est une fuite en avant. Il y a une crise électorale au Togo. Les Togolais ne veulent plus de ce régime. Il faut que le régime revienne sur terre et que la crise soit réglée. »