La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 158,91
    -25,47 (-0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Titre de séjour pour les métiers en tension : une "mesurette" estime l’hôtellerie-restauration

: A. GELEBART/20 MINUTES/SIPA

INTERVIEW. La création d’un titre de séjour “métiers en tension” pour les travailleurs sans-papier déjà sur le territoire est un soulagement pour le secteur de l’hôtellerie-restauration mais cette mesure ne comblera pas la pénurie de main-d’œuvre. Aujourd’hui, 21% des travailleurs du secteur sont étrangers selon Laurent Duc, président de la branche Hôtellerie de l’UMIH.

L’hôtellerie-restauration pousse un soupir de soulagement. A l’aune du projet de loi “immigration” qui doit être examiné début 2023, le ministre du Travail Olivier Dussopt et de l’Intérieur Gérald Darmanin ont annoncé vouloir créer un titre de séjour métier en tension pour les étrangers en situation irrégulière. La durée du visa est d’un an renouvelable. “Cela représente plusieurs dizaines de milliers de personnes”, a précisé ce jeudi 3 novembre Olivier Dussopt sur franceinfo.

L’objectif est de faciliter le recrutement dans les secteurs en manque de bras, l’hôtellerie-restauration notamment. Un secteur où la crise de la main-d'œuvre, loin d’être nouvelle, a atteint des sommets cet été. La profession a déjà perdu 237.000 employés pendant le Covid-19 et peine à embaucher. La création d’un titre de séjour métiers en tension est donc une “très bonne nouvelle” pour Laurent Duc, président de l’Umih, premier syndicat patronal du secteur. La mesure doit néanmoins s’accompagner de plus de moyens dans la formation, détaille-t-il à Challenges.

Challenges - Quelle est la part de travailleurs étrangers dans les salariés de l’hôtellerie-restauration ?

Laurent Duc - Aujourd’hui, 21% des salariés travaillant dans l’hôtellerie-restauration sont étrangers, (soit 210.000 salariés environ ndlr). Il est difficile de connaître le nombre exact de salariés sans-papiers parmi eux mais ils sont minoritaires. La création d’un titre de séjour pour les travailleurs étrangers répond ainsi à une véritable demande. Depuis plus de trois ans, nous demandons d’ailleurs au gouvernement de faciliter la venue de talents étrangers en France. Il vient seulement d’y ré[...]

Lire la suite sur challenges.fr