La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 201,69
    -334,77 (-1,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

TikTok : Qui est Poopi Blh, la « maman mochis » des réseaux sociaux ?

PAS DE chichis - La Strasbourgeoise « Poopi Blh » partage à ses presque 4 millions d’abonnés TikTok ses découvertes culinaires, ses conseils make-up et sa vie en général. Sans jamais se cacher derrière un personnage

Un ton décontracté, des complexes laissés au frigo et des exclamations pour chaque émotion… Bienvenue dans le monde de Poopi Blh ! Chaque jour depuis un peu plus de deux ans, cette Strasbourgeoise de 38 ans partage avec sa communauté son quotidien. Un programme composé en majorité de dégustations de plats en tous genres et de tests de maquillages. Avec, aussi, quelques posts moins enjoués où elle tente d’alerter sur des sujets sociétaux.

Le menu séduit. A ce jour, Pauline, son vrai prénom, compte près de 240.000 abonnés sur Instagram et surtout 3,8 millions sur TikTok, qui l’a révélée. « A l’origine, j’avais peur des réseaux sociaux. Je postais le minimum de choses et trouvais ça faux », avoue-t-elle assez paradoxalement. « Puis je l’ai découvert pendant le premier confinement et au deuxième, je m’ennuyais donc je me suis lancé dessus. Après deux ou trois vidéos, ça a explosé. » Notamment lorsque la débutante racontait s’être « faite arnaquer avec une machine à ongles sur AliExpress. »

Une réussite soudaine qui « tombait à pic ». La trentenaire venait alors de finir sa licence de psychologie et se retrouvait sans emploi, « après deux ans dans un stand de fringues aux Galeries Lafayette (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Bas-Rhin : Un ex-entraîneur de foot condamné pour viols et agressions sur sept enfants
Bas-Rhin : Après un conflit amoureux, un sexagénaire soupçonné d’avoir tué son voisin à coups de couteau
C’est quoi ce film surnommé le « Seigneur des Anneaux alsacien » ?