Marchés français ouverture 6 h 12 min
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    +132,77 (+0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    30 185,62
    +513,92 (+1,73 %)
     
  • EUR/USD

    1,2165
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    30 110,99
    +392,75 (+1,32 %)
     
  • BTC-EUR

    41 771,64
    +2 186,99 (+5,52 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 017,14
    +2,22 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     

Ticket restaurant : que peut-on vraiment payer avec ? (et 10 autres questions)

Marie RIALLAND
·1 min de lecture
Ticket restaurant
Ticket restaurant

Cela fait 53 ans que le titre restaurant se glisse dans le portefeuille de nombreux salariés de l’Hexagone. La version papier a pris quelques rides mais reste la norme, tandis que la version « dématérialisée » (qui ressemble à une carte bancaire) commence à faire son chemin (1). Le fonctionnement du titre restaurant est identique quel que soit le nom qu’il porte (Ticket restaurant chez Edenred, Chèque déjeuner chez Up, Pass restaurant chez Sodexo, Apetiz chez Natixis…) : il permet aux salariés de financer leur repas lors de la pause déjeuner. Devenu un véritable moyen de paiement auprès des restaurateurs (mais aussi des grandes surfaces), le « ticket resto » fait l’objet de nombreuses questions pratiques. Nos explications.

Puis-je utiliser un titre restaurant un dimanche ou un jour férié ?

En théorie, non. L’article R3262-8 du Code du travail précise bien que « les titres restaurants ne sont pas utilisables les dimanches et jours fériés ». Seule exception possible : si un salarié travaille le dimanche ou un jour férié et que l’employeur décide que ses tickets restaurant seront valables ce jour-là ; dans ce cas, la décision fait l’objet d’une mention très apparente sur le chèque en question.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Assurance vie : pourquoi le contrat de votre banque n'est pas très intéressant
- Crédit immo : une fausse bonne nouvelle pour décrocher un prêt en 2021
- Guerre des Crédits Mutuels : nouvelle déconvenue pour Arkéa