La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 253,53
    -74,26 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    13 443,36
    +64,31 (+0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 406,84
    +582,01 (+2,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,2220
    +0,0064 (+0,53 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    35 677,62
    +639,67 (+1,83 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 222,11
    -31,04 (-2,48 %)
     
  • S&P 500

    4 158,72
    -4,57 (-0,11 %)
     

Thomas Pesquet sur SpaceX: à quand une capsule habitée européenne?

·2 min de lecture

Après avoir utilisé le vaisseau russe Soyouz en 2016, l'astronaute français a décollé l'ISS dans une capsule de l'américain SpaceX. L'Europe a pourtant toutes les cartes en main pour développer sa propre capsule habitée.

Et de deux! Pour la seconde fois de sa carrière, l'astronaute français Thomas Pesquet a décollé, vendredi 23 avril, vers la Station spatiale internationale (ISS), pour un séjour de six mois. L'astronaute de 43 ans sera même, une première pour un Français, commandant de bord de la station. Consécration pour l'Europe spatiale? L'enthousiasme général sur cette "mission Alpha" mérite d'être nuancé. Si elle ne se prive pas de surfer de l' "effet Pesquet", l'Agence spatiale européenne (ESA) affiche en effet une dépendance totale aux acteurs étrangers pour l'envoi de ses astronautes dans l'ISS. En 2016, Thomas Pesquet avait décollé avec la capsule russe Soyouz. Cette fois, c'est avec et le lanceur Falcon 9, tous deux conçus par l'américain SpaceX, qu'il va rejoindre la station. Le coût du siège? Interrogés par Challenges, l'ESA et la NASA n'ont pas donné de réponse. Mais le prix d'une place dans le Crew Dragon est estimé à 55 millions de dollars.

Cette dépendance européenne interroge. Car à bien y regarder, le Vieux continent ne manque pas d'atouts sur le sujet du vol habité. Dans les années 2000, Airbus avait développé une , dont cinq exemplaires avaient été lancés de 2008 à 2014. Cette capsule permettait déjà un arrimage automatique à la station, ce que la capsule de fret Dragon de SpaceX ne permet pas. "A son arrivée à la station, l'ATV était pressurisé, et les astronautes pouvaient pénétrer à l'intérieur, rappelle Pierre Lionnet, directeur de recherche chez Eurospace, l'association professionnelle des industriels européens du secteur spatial. La différence avec une capsule habitée est, finalement, assez faible."

Airbus en pointe sur Orion

L'expérience de l'ATV a été arrêtée en 2014, mais les industriels européens ont conservé leurs compétences-clés. Airbus a été sélectionné par la NASA pour concevoir un élément-clé, le module de service, de la capsule Orion, qui doit permettre le retour des astronautes américains sur la Lune au milieu de la décennie. Le groupe franco[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi