La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 869,88
    +92,12 (+0,26 %)
     
  • Nasdaq

    13 441,25
    -310,99 (-2,26 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    46 593,02
    -814,61 (-1,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 511,34
    -49,96 (-3,20 %)
     
  • S&P 500

    4 202,40
    -30,20 (-0,71 %)
     

Thomas Pesquet a retrouvé sa "deuxième maison" sur la Station spatiale internationale

·1 min de lecture

L'astronaute français Thomas Pesquet a "retrouvé ses habitudes" sur la Station spatiale internationale, où il est arrivé samedi, et qui est un peu sa "deuxième maison", a-t-il déclaré vendredi dans une conférence de presse.

Une capsule "super confortable au décollage"

Flottant en apesanteur, et tout en jouant avec une mappemonde gonflable, l'astronaute s'est prêté à 20 minutes de questions-réponses, depuis un module encombré de câbles et de fils de la Station, où il a déjà passé plus de six mois en 2016-2017. "C'est un peu ma deuxième maison, j'ai retrouvé des amis, j'ai retrouvé mes habitudes", a dit Thomas Pesquet, 43 ans. Il a mené sa conférence de presse avec en fond sonore la célébration par le reste de l'équipage de l'anniversaire de l'Américain Victor Glover.

La véritable nouveauté a été de rejoindre la station à bord de la capsule Crew Dragon de l'entreprise américaine SpaceX, dont c'était la troisième mission vers l'ISS. L'astronaute l'a trouvé "super confortable au décollage" et très spacieuse, comme "une voiture moderne avec les écrans plats tactiles". Le décollage, dans la capsule perchée sur la fusée Falcon-9, a aussi été "plus doux qu'avec Soyouz", la fusée russe qui assurait avant les transports d'astronautes de la Nasa vers l'ISS.

Plus de 200 expériences à mener

C'est la première fois qu'une mission SpaceX transporte un astronaute européen vers l'ISS. Thomas Pesquet sera aussi le premier Français à prendre les commandes de la station, grande comme un terrain de ...


Lire la suite sur Europe1