La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 002,82
    +113,75 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Thomas Pesquet sur l'ISS pour... étudier les effets du confinement

Antoine Beau
·1 min de lecture
Une des expériences que doit mener Thomas Pesquet doit mesurer “l’impact du confinement et de la micropesanteur sur le sommeil. (Photo: HANDOUT via AFP)
Une des expériences que doit mener Thomas Pesquet doit mesurer “l’impact du confinement et de la micropesanteur sur le sommeil. (Photo: HANDOUT via AFP)

ESPACE - Rester dans la même pièce, voir les mêmes personnes, Thomas Pesquet en a l’habitude. Le 16 mars 2020, à l’occasion du premier confinement, l’astronaute français prodiguait même quelques conseils ironiques sur Twitter: “Ce n’est pas quelques semaines d’isolement qui vont me faire peur”, lançait l’homme au corps d’athlète grec, dans un calme olympien. L’astronaute a acquis son expérience du confinement à 408 kilomètres du sol, dans la station spatiale internationale (ISS).

Le mont Olympe de Thomas Pesquet, l’endroit d’où il tire cette aisance face aux contraintes de déplacement, se situe au-delà des nuages ; il s’apprête désormais à y retourner. De retour en orbite pour 6 mois, Thomas Pesquet affrontera un isolement quasiment absolu. De quoi faire passer nos restrictions en vigueur pour de pleines libertés. Son voyage, qui doit commencer ce vendredi 23 avril est, entre autres, l’occasion d’en apprendre davantage sur les effets du confinement.

Une des expériences menées par Thomas Pesquet doit mesurer “l’impact du confinement et de la micropesanteur sur le sommeil”, selon le Centre national d’études spatiales (CNES). L’astronaute français et ses confrères devront porter durant quelques nuits de leur mission un bandeau high-tech, nommé Dreams.

Conçu par le CADMOS, en partenariat avec les hôpitaux de Toulouse, cet appareil est muni d’électrodes sèches et de capteurs électroencéphalographiques. Il doit analyser l’activité cérébrale et les cycles de sommeil des astronautes.

“Connaître et maîtriser les effets du confinement dans l’espace est un enjeu important dans le cadre...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.