La bourse ferme dans 2 h 31 min
  • CAC 40

    5 772,69
    -10,72 (-0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 345,92
    -2,68 (-0,08 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9671
    -0,0017 (-0,17 %)
     
  • Gold future

    1 653,10
    -2,50 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    19 715,07
    -168,47 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,63
    -6,91 (-1,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,76
    +0,02 (+0,03 %)
     
  • DAX

    12 269,34
    -14,85 (-0,12 %)
     
  • FTSE 100

    6 958,62
    -59,98 (-0,85 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0885
    +0,0028 (+0,26 %)
     

Thierry Delaporte, à la tête de Wipro réveille la tech indienne

F. Dunouau/SP

Appelé au chevet de Wipro en pleine pandémie, l'ex-directeur délégué de Capgemini y a opéré "un changement radical". Résultat: une activité en hausse de 27% cette année. Rencontre.

Son bureau d'angle à la Défense donne sur les QG d'une bonne partie des entreprises du CAC 40. Toutes ne sont pas encore ses clientes, mais il y travaille. Depuis deux ans, Thierry Delaporte est à la tête de Wipro, l'un des géants indiens du conseil informatique et de l'intégration de système, basé à Bangalore. En pleine pandémie, "je suis devenu CEO d'une multinationale de façon virtuelle" , plaisante-t-il. Le manager de 55 ans est surtout le premier Français à prendre les commandes d'une entreprise de la tech indienne. Une gloire déchue qu'il a transformée à la vitesse de l'éclair: en 2022, Wipro affiche une croissance de 27% à 10,4 milliards de dollars, sa marge opérationnelle oscille entre 17% et 18%, contre 15% auparavant, et sa valorisation dépasse 30 milliards, deux fois plus qu'en 2020. Quant aux effectifs, ils sont passés de 170.000 à 250.000 personnes.

Les actionnaires de Wipro peuvent se frotter les mains, mais l'homme n'a pas été choisi au hasard: il a passé vingt-cinq années au sein de , le grand rival français de l'industrie. Regard franc, sourire en coin, Thierry Delaporte trouve un certain plaisir à raconter d'où il vient. Pour l'essentiel, il a fait sa carrière à l'étranger, de Madrid à Singapour en passant par New York, où il est resté une quinzaine d'années. Il a fait tous les métiers, jusqu'à se positionner comme successeur de Paul Hermelin à la tête du groupe. En 2017, il est nommé directeur délégué en même temps qu'.

Les deux hommes sont mis en compétition, ils partagent le même bureau, le processus dure deux ans. "Et tout se passe bien", assure-t-il.

Sauf la fin. En septembre 2019, son rival est promu et Thierry Delaporte annonce son départ en février 2020, avec l'intention de faire un break pour traverser l'Atlantique à la voile. Pas de chance, le l'isole à Carnac, en Bretagne, et le boulot le rattrape: il accepte de discuter en visio avec les dirigeants de Wipro, qui lui proposent de venir transformer le géant endormi.

Capitalisme vertueux

"[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi