La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 136,03
    -98,21 (-0,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

The Last of Us est une série post-apocalyptique prodigieuse (critique sans spoilers)

Humainement bouleversante, et esthétiquement prodigieuse, l’adaptation de The Last of Us est une réussite complète au cours de ses neufs épisodes. Notre critique (sans spoilers).

L’humanité et rien que l’humanité : il n’a jamais été question de quoi que ce soit d’autre dans The Last of Us, le jeu culte de la PlayStation reposant pourtant sur une apocalypse zombie. L’adaptation de HBO, dont l’épisode 1 est disponible ce lundi 16 janvier 2023 sur Prime Video, en reprend toute l’essence poétique. Si les trois premiers épisodes nous avaient déjà tellement conquis que l’on y consacrait une première chronique, la saison complète de neuf épisodes confère au chef-d’œuvre. Une proposition artistique puissante qui touche droit au cœur et aux tripes — que l’on ait joué ou non au jeu avant.

The Last of Us submerge immédiatement d’émotion. Dès l’introduction, tout s’effondre pour Joel et pour le reste de l’humanité : le cordyceps, champignon infectieux, mute jusqu’à transformer tout individu en une sorte de zombie féroce, un « infecté ». On ressent cette implosion, le cœur battant, à travers le regard stupéfié de Sarah, sa fille. C’est le choc initial de l’œuvre. En l’espace de quelques instants, le monde n’a plus de sens. Vingt ans plus tard, Joel se voit confier la charge d’une enfant, Ellie, 14 ans, seule personne connue à être immunisée. Ensemble, ils vont traverser une Amérique hostile au cours d’un voyage où espoir et désespoir se confronte dans le chaos.

[Lire la suite]