Thales : le marché n'accorde aucune période d'essai à Jean-Bernard Lévy

COURS LIÉS

SymboleCoursVariation
GLE.PA43,850,18
HO.PA45,060,79

L'arrivée de Jean-Bernard Lévy aux commandes de Thales (Paris: FR0000121329 - actualité) n'a pas vraiment provoqué d'électrochoc boursier, au contraire pourrait-on même être tenté d'affirmer, puisque l'action du groupe d'électronique et de défense a baissé de -2,4% hier et perd encore -0,8% aujourd'hui. Les analystes se montrent en effet sceptiques ce matin, tout en reconnaissant qu'il fallait faire quelque chose pour le climat social qui règne au sein du groupe, le contact étant rompu entre la direction et les syndicats. Pour autant, comme le souligne ce matin Oddo ("neutre", objectif 29 euros), le bilan de Luc Vigneron est globalement positif, notamment parce qu'il a su mettre de l'ordre dans des contrats dont les coûts avaient explosé, qu'il a lancé un plan d'économies et qu'il a procédé à certaines cessions.

Pour Cheuvreux, qui pense également que Luc Vigneron a fait le boulot, mais qu'il s'est montré trop rigide, Jean-Bernard Lévy aura à s'employer à rouvrir le dialogue social, faire progresser l'activité à l'international et rationaliser le portefeuille. L'analyste est à "surperformance" avec un objectif à 33 euros. Notons que la SocGen (Paris: FR0000130809 - actualité) a abaissé de "acheter" à "conserver" son opinion hier soir.