La bourse est fermée

Thalès, General Electric, Bouygues : Les grands groupes imposent repos et jours de congés à leurs salariés dès le mois d'avril

*

C'est l'un de premiers fleurons de l'industrie française à avoir signé dès le 25 mars, un accord avec l'ensemble de ses syndicats - CFE-CGC, CFDT, CFTC et CGT-, pour trois mois renouvelables. Dans une situation florissante, le groupe d'électronique et d'armement Thalès tenait à pouvoir ouvrir pendant l'été des usines qui, sans crise sanitaire du Coronavirus, auraient fermé. De leur côté, les syndicats cherchaient à retarder, aussi longtemps que possible, le basculement de milliers de salariés "en pause" en chômage partiel, synonyme pour ces derniers d'une perte de revenu nette de 16%.

Ainsi selon l'accord signé, les employés de Thalès privés d'activité devront poser à partir d'avril leurs reliquats de jours de RTT, de récupération et de congés pour 2019-2020. Et pourront aussi, après avis de leur comité économique et social (CSE), se voir imposer une semaine supplémentaire de congés sur leur quota 2020-2021. Mais en contrepartie, Thalès garantit à tous ceux qui ont basculé en chômage partiel et dont le mensuel brut est inférieur à 2.300 euros, 100% de leur rémunération...dont 84%, il est vrai, seront remboursés par l'Etat. Ceux qui perçoivent plus de 2.300 euros bruts, toucheront eux 92% de leurs émoluments. "Nous regrettons que Thalès, qui en a les moyens, ne maintienne pas à 100% le salaire de tous ses salariés", juge la CGT dans son tract. Mais la centrale a signé l'accord parce que "l

Lire la suite