Publicité
La bourse ferme dans 5 h 51 min
  • CAC 40

    8 083,52
    -18,81 (-0,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 017,79
    -19,81 (-0,39 %)
     
  • Dow Jones

    39 065,26
    -605,78 (-1,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    +0,0016 (+0,15 %)
     
  • Gold future

    2 340,90
    +3,70 (+0,16 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 065,89
    -2 354,66 (-3,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 409,03
    -59,07 (-4,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,23
    -0,64 (-0,83 %)
     
  • DAX

    18 621,15
    -70,17 (-0,38 %)
     
  • FTSE 100

    8 305,25
    -33,98 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    16 736,03
    -65,51 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    5 267,84
    -39,17 (-0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2710
    +0,0012 (+0,09 %)
     

"Thérapies de conversion": le gouvernement saisit le parquet après l'enquête de BFMTV

"Thérapies de conversion": le gouvernement saisit le parquet après l'enquête de BFMTV

Le gouvernement ne veut pas laisser passer. Pourtant interdites depuis 2022, les "thérapies de conversion" qui cherchent à modifier l’orientation sexuelle et imposer l’hétérosexualité continuent d'exister en France.

Une journaliste de BFMTV a ainsi pu s'infiltrer dans un séjour proposé par l'association protestante évangélique Torrents de vie "pour aider les personnes chrétiennes à tendance homosexuelle, qui se sentent mal à l’aise dans leur identité".

"Je condamne fermement ces pratiques intolérables", a écrit Bérangère Couillard, la ministre déléguée en charge de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations sur son compte X (ex-Twitter).

"Renoncer au feu du désir" homosexuel

La successeure d'Isabelle Rome a également indiqué saisir le procureur de la République. En dépit de la loi, "Torrents de vie" continue d'organiser des événements pour "restaurer l'identité relationnelle et sexuelle".

PUBLICITÉ

"Ce sont des pratiques non-légales depuis l'année dernière. Le procureur de la République décidera d'ouvrir une enquête ou non", explique sur BFMTV Bérangère Couillard, qui se dit potentiellement favorable à la dissolution de "Torrents de vie".

Au programme de ce séminaire organisé pendant une semaine dans le sud de la France cet été: prières et échanges en petits groupes pour "renoncer au feu du désir" avec pas moins de 27 participants.

"Je pense qu'une attirance homosexuelle, c'est une façon de remplir quelque chose que je n'ai pas eu, de l'amour que je n'ai pas eu, et que je vais chercher chez un semblable", explique lors d'une réunion un organisateur.

Pour guérir de leurs supposés maux, chaque jour les participants ont reçu des câlins pour combler leur "manque d'amour supposé".

Une association déjà épinglée

Les participants sont aussi invités à déposer des mots et des pierres symboles de leurs "fardeaux". Un pasteur, figure de ce mouvement évangélique, suggère même de se couper du monde extérieur. Le reportage révèle que le dernier jour du séjour, un participant demande à une femme de s'agenouiller. Onze personnes l'entourent et "prient pour la délivrer des ténèbres de l'homosexualité".

Ce n'est pas la première fois que cette association évangélique est pointée du doigt. "Torrents de vie" avait déjà été épinglée dans un rapport de la Miviludes, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, en 2021.

La secrétaire d'État à la Citoyenneté, Sonia Backès, demande à cette institution "d'étudier toutes les voies d'action possibles pour sanctionner l'association et ses responsables". Dans un communiqué de presse, elle rappelle qu'un plan national de lutte contre les dérives sectaires sera presenté dans les prochaines semaines.

En février dernier, le Conseil de l'Europe alertait déjà sur ce phénomène qui touche tout le continent, avançant que "2% des personnes LGBT ont subi une thérapie de conversion" et "5% se sont vues proposer une conversion".

Article original publié sur BFMTV.com