La bourse ferme dans 5 h 7 min
  • CAC 40

    6 524,47
    +52,12 (+0,81 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 753,72
    +28,33 (+0,76 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • Gold future

    1 793,70
    +2,50 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    23 651,55
    +911,49 (+4,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    560,58
    +25,35 (+4,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,22
    -0,79 (-0,89 %)
     
  • DAX

    13 655,49
    +81,56 (+0,60 %)
     
  • FTSE 100

    7 470,73
    +30,99 (+0,42 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2080
    +0,0009 (+0,08 %)
     

TF1, M6 et Altice, ennemis jurés hier, s'allient devant l'Arcom pour défendre l'audiovisuel français

AFP/Archives - LOIC VENANCE

Ennemi hier… allié aujourd’hui? Auditionnés par l’Arcom, les futurs mariés ont promu Altice, le repreneur désigné de leurs chaînes TFX et 6ter, nouveau maillon fort de la lutte tricolore face aux plateformes. L’occasion pour l’heureux élu de dévoiler ses projets pour les deux chaînes.

Nécessité fait loi. Pour espérer décrocher le feu vert des autorités à leur prochaine fusion, et se conformer à la réglementation, TF1 et M6 ont promis de céder deux de leurs chaînes sur , TFX et 6ter, au , concurrent tenace, notamment sur le terrain de l’information, où sa chaine taille depuis des années des croupières à tout le secteur. Des ventes contraintes, ont beaucoup insisté les fiancés, entendus ce 20 juillet avec le groupe de Patrick Drahi par l’Arcom.

Patriotisme et pluralisme

Faire contre mauvaise fortune, bon cœur ? Dans qui se resserre autour de la fusion – l’Autorité de la concurrence livrera son verdict dans la deuxième quinzaine d’octobre – le duo doit mettre toutes les chances de son côté. Sans surprise, ils trouvent désormais toutes les qualités à l’heureux élu et ennemi de toujours. "Nous ne vendons pas TFX, pépite rentable et attractive pour de potentiels acquéreurs, de gaieté de cœur, a admis Didier Casas, secrétaire général du groupe TF1. Nous avons choisi Altice, parce que c’était l’offre la mieux-disante, d’un acteur ayant la surface financière nécessaire et une expertise avérée dans le secteur audiovisuel."

Même révérence du côté de M6: "Cette cession est liée à la loi, nous y sommes contraints, a souligné Thomas Valentin, vice-président du directoire du groupe. Altice nous a paru être un acteur important du marché, puissant, solide et remplissant à nos yeux des facteurs importants sur le pluralisme. Dans ce choix, il y a la volonté aussi de jouer le jeu avec un concurrent fort. Selon nos estimations, Altice va doubler sa part de marché publicitaire, à environ 10%. Cet élément est un moyen de stimuler la concurrence."

Montée en gamme et en puissance

Drôle de jeu de rôles - et de simagrées. Devant lesquels Altice n’a pas boudé son plaisir. Ni manqué de marteler ses atouts. Dès les premières minutes de son intervention, Arthur Dreyfuss, PDG d’Altice Média, a pointé "l’apport de ce projet d’acquisition à la diversité des programmes et au d[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles