La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 398,11
    -538,93 (-1,74 %)
     
  • Nasdaq

    13 288,26
    -337,81 (-2,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0062 (-0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    25 588,89
    -1 297,00 (-4,82 %)
     
  • CMC Crypto 200

    624,89
    -15,03 (-2,35 %)
     
  • S&P 500

    3 758,09
    -91,53 (-2,38 %)
     

Un texte instaurant un régime d'urgence pérenne fait polémique

·2 min de lecture

Le gouvernement a répondu mardi aux critiques, émanant essentiellement de l'extrême droite, entourant un projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires examiné la veille en conseil des ministres.

Le gouvernement a répondu mardi aux critiques, émanant essentiellement de l'extrême droite, entourant un projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires examiné la veille en conseil des ministres.

Un article de ce texte liant liberté de se déplacer et état sanitaire d'une personne fait particulièrement débat.

Il stipule que "le Premier ministre peut, le cas échéant dans le cadre des mesures prévues, subordonner les déplacements des personnes, leur accès aux moyens de transports ou à certains lieux, ainsi que l'exercice de certaines activités à la présentation des résultats d'un test de dépistage établissant que la personne n'est pas affectée ou contaminée, au suivi d'un traitement préventif, y compris à l'administration d'un vaccin, ou d'un traitement curatif".

Dès lundi, l'ancienne députée Marion Maréchal Le Pen a dénoncé sur Twitter un "véritable scandale".

"Le gouvernement fait voter en procédure accélérée la pérennisation de l'état d'urgence sanitaire et permet de transformer les non vaccinés en citoyens de seconde zone", a-t-elle écrit.

Le président des Patriotes Florian Philippot lui a fait écho, invitant les Français à se "réveiller" sur le sujet.

Pour le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, qui s'exprimait sur le même réseau, "c'est une remise en cause totale et scandaleuse de la liberté vaccinale".

Interrogé à ce sujet par la presse en marge d'un déplacement mardi, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran s'est voulu rassurant.

"Rassurer les Français"

"Ce projet de texte de loi, qui n'a pas encore été discuté au Parlement, peut concerner aussi bien cette pandémie que n'importe quel autre évènement sanitaire majeur qui pourrait toucher notre pays.", a-t-il expliqué.

"Les libertés de mouvement dans certaines situations pourraient être corrélées au fait d'être protégé contre une maladie ou parce qu'on est immunisé naturellement, ou parce qu'on est vacciné, ou parce qu'on prend un traitement, etc. C[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi