Marchés français ouverture 35 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 257,25
    -76,27 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1397
    -0,0013 (-0,11 %)
     
  • HANG SENG

    24 063,61
    -154,42 (-0,64 %)
     
  • BTC-EUR

    37 018,03
    -844,89 (-2,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 012,46
    -13,27 (-1,29 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Tesla rappelle 675.000 voitures, coup de semonce pour le géant électrique

·3 min de lecture

Le jeune géant de la voiture électrique Tesla va effectuer un nouveau rappel massif de véhicules pour des coffres "potentiellement" défectueux sur deux modèles en Chine et aux États-Unis, posant de nouveau la question de sa fiabilité.

475.000 véhicules sont concernés aux États-Unis et près de 200.000 en Chine.

Le modèle le plus concerné est le best-seller Model 3. Tesla indique que "l'ouverture et la fermeture répétées de la porte du coffre" y sont "susceptibles de provoquer l'usure excessive du câble coaxial" connecté à la caméra de recul, ce qui risque de rendre la caméra indisponible pour le conducteur.

L'autre voiture concernée est la luxueuse Model S. Un des loquets du coffre situé à l'avant du véhicule, mal aligné, risquerait de "s'ouvrir inopinément et d'obstruer la visibilité du conducteur".

Tesla estime que 1% des Model 3 et 14% des Model S rappelés aux États-Unis présenteront le vice de fabrication. La marque a souligné que ce défaut potentiel n'avait, à sa connaissance, provoqué aucun accident ou blessure.

Les rappels d'envergure ne sont pas rares dans l'automobile : Volkswagen avait rappelé 8,5 millions de véhicules en 2015 suite au scandale du Dieselgate ; un défaut sur des airbags a aussi entraîné le rappel d'au moins 100 millions de véhicules de toutes marques, et la faillite du fabriquant d'airbags, Takata.

Dans le cas de Tesla, ce rappel représente cependant au moins un quart des voitures jamais produites par le jeune géant de la voiture électrique, sachant que le chiffre total de production pour 2022 n'est pas encore connu.

"C'est un coup de semonce pour Tesla, avec une gifle de bienvenue du monde automobile, qui se trouve être peut-être plus complexe que le monde des smartphones auquel beaucoup aiment le comparer", a commenté l'expert allemand Matthias Schmidt. "Une voiture à problèmes peut causer bien plus de dégâts qu'un iPhone défectueux".

– Mauvaise utilisation de la pédale –

Tesla avait déjà rappelé en juin 285.000 voitures en Chine après une anomalie sur son logiciel de conduite assistée, et quelques milliers de Model 3 et Model Y aux États-Unis pour inspecter et resserrer, voire remplacer, des boulons dans les étriers de freins.

Tesla a pourtant connu une année faste sur un marché de l'automobile durement touché par la crise sanitaire et la pénurie de puces électroniques.

À Wall Street, l'entreprise a rejoint en octobre le club très restreint des groupes valant plus de 1.000 milliards de dollars en Bourse. Elle a livré au troisième trimestre plus de 240.000 véhicules, un record. Son patron Elon Musk, l'homme le plus riche de la planète, a été nommé personnalité de l'année par le magazine américain Time.

Pour l'analyste Trip Chowdhry, du cabinet Global Equities Research, le rappel américain est un "non-événement", Tesla gardant un avantage énorme sur ses concurrents avec, notamment, ses capacités de développement en informatique.

La marque continue de dominer le marché mondial des véhicules électriques, où les grands constructeurs commencent seulement à étoffer leurs gammes, à l'image de Ford avec son pickup F150 ou le N°1 mondial Toyota avec une cascade de lancements prévus.

Plusieurs polémiques ont déjà frappé la marque automobile concernant la sécurité de ses véhicules. En avril, les freins des Tesla ont fait les gros titres en Chine: une cliente mécontente a fait un coup d'éclat au salon de Shanghai, protestant contre le système de freinage supposément défectueux d'un véhicule dans lequel des proches avaient été blessés.

L'agence américaine de sécurité routière (NHTSA) a cependant indiqué en janvier, après avoir examiné près de 250 requêtes, que les accidents cités ne pouvaient être attribués à un défaut du véhicule, mais plutôt à une "mauvaise utilisation de la pédale".

Le système d'aide à la conduite "Autopilot" fait également l'objet d'une enquête de la NHTSA après une série d'accidents. Le fait que Tesla teste en conditions réelles avec des conducteurs lambdas de nouvelles fonctionnalités d'aide à la conduite sans avoir d'autorisation spécifique alimente également les controverses.

sbr-tsz/ico/bt

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles