Publicité
La bourse ferme dans 1 h 45 min
  • CAC 40

    7 592,39
    -36,41 (-0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 904,05
    -11,42 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    38 834,90
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0746
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 344,10
    -2,80 (-0,12 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 573,52
    +387,44 (+0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 385,34
    +47,59 (+3,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,57
    0,00 (0,00 %)
     
  • DAX

    18 109,79
    -22,18 (-0,12 %)
     
  • FTSE 100

    8 209,73
    +18,44 (+0,23 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • HANG SENG

    18 430,39
    +514,84 (+2,87 %)
     
  • GBP/USD

    1,2721
    +0,0011 (+0,09 %)
     

Terrorisme : le fils de Fabien Clain est en Syrie, il parle pour la première fois

Laurence Geai

On pensait tous les hommes du clan Clain décimés. Le 6 septembre dernier, dans un centre de déradicalisation près de la ville de Qamishli où sont détenus une centaine d’enfants de djihadistes étrangers, nous en avons pourtant retrouvé un.

Adem est le fils de Fabien Clain, la « voix française de l’État islamique », le terroriste qui a revendiqué les attentats du 13 novembre 2015, qui fit 130 morts et 490 blessés à Paris. Celui, aussi, qui est soupçonné d’avoir cherché à mettre en place un réseau d’enfants soldats formés en Syrie dans le but de perpétrer des attaques en Europe.

Adem, enfant de parents radicalisés

Adem, 21 ans aujourd’hui, a-t-il été façonné par son père pour répandre la terreur dans son pays natal, cette France qu’il a quittée à l’âge de douze ans dans les pas de ses parents radicalisés et où il souhaite aujourd’hui retourner ? Le jeune homme qui se tient timidement assis face à nous peut-il échapper à son héritage mortifère ?

PUBLICITÉ

On me fait payer ce qu’a fait mon père, mais quelle est ma faute à moi ?

Adem Clain

C’est tout l’enjeu sécuritaire que posent ces « revenants » de l’État islamique, ramenés au compte-goutte par les autorités françaises. En juillet dernier, Paris a annoncé avoir clôturé les retours. Retenu depuis deux ans dans ce centre de détention dans l’est de la Syrie, l’adolescent a été gravement blessé par un tir de mortier dans les bombardements sur la ville syrienne de Baghouz en 2019, là où s’étaient retranchés les irréductibles de ...


Lire la suite sur ParisMatch