La bourse ferme dans 8 h 12 min
  • CAC 40

    6 435,05
    +4,86 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 741,45
    -0,06 (-0,00 %)
     
  • Dow Jones

    32 654,59
    +431,17 (+1,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0520
    -0,0036 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 811,20
    -7,70 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    28 328,44
    -772,88 (-2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    668,87
    +426,19 (+175,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    113,29
    +0,89 (+0,79 %)
     
  • DAX

    14 188,01
    +2,07 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 514,08
    -4,27 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 984,52
    +321,73 (+2,76 %)
     
  • S&P 500

    4 088,85
    +80,84 (+2,02 %)
     
  • Nikkei 225

    26 911,20
    +251,45 (+0,94 %)
     
  • HANG SENG

    20 574,03
    -28,49 (-0,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2417
    -0,0076 (-0,60 %)
     

Terrasses à Paris: une association de riverains va attaquer la Ville

Un collectif de riverains parisiens va déposer jeudi 5 mai un recours contre la Ville de Paris pour “carences fautives”. Dans leur viseur, la régulation de l’espace public jugé insuffisante notamment avec les bars et leurs terrasses.

Les rires et les cris au beau milieu de la nuit jouent avec les nerfs des riverains. Alors que le beau temps s’installe à Paris, , au grand dam des associations de quartier. C’est le cas du collectif des riverains du 11e arrondissement, qui va déposer un recours contre la Mairie de Paris au tribunal administratif de Paris pour “carences fautives” ce jeudi 5 mai. Dans ce quartier de Paris particulièrement animé, l’association accuse la Ville de ne pas réguler et contrôler l’espace public comme elle le devrait, et réclame 100.000 euros de dédommagement.

Fondé en 2009, ce collectif de riverain n’en est pas à sa première bataille contre les abus liés aux terrasses. En juin 2020, alors que les terrasses éphémères venaient à peine de voir le jour, l’association dépose un premier recours en référé pour tenter de les faire interdire. Le collectif monte alors une cagnotte en ligne, récoltant 2.700 euros pour entamer une procédure. Dans son viseur, ces autorisations qui permettent aux restaurateurs d'installer des tables et des chaises sur les trottoirs ou les places de parking, d’avril à novembre. À l’époque, le tribunal administratif de Paris estime que ces autorisations exceptionnelles se justifient par les fermetures du premier confinement, mais somme la Ville de contrôler efficacement ces toutes nouvelles installations.

Lire aussi

Mais ce qui ne devait être qu’un coup de pouce temporaire aux restaurateurs a pris une nouvelle tournure l’année suivante. La Ville décide de pérenniser l’initiative et les “terrasses éphémères” deviennent des “terrasses estivales” En 2021, plus de 12.000 d'entre elles fleurissent un peu partout dans Paris. Très peu contrôlées par des encore très maigres et une , ces terrasses ont été un sujet de tensions permanentes d’avril à octobre, période pendant laquelle elles sont autorisées. Constatant l'insuffisance des contrôles, le collectif de riverains va donc déposer un second recours contre la Ville. Sans espoir de les faire interdire, l'associ[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles