Marchés français ouverture 32 min
  • Dow Jones

    31 438,26
    -62,42 (-0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 524,55
    -83,07 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    27 049,47
    +178,20 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0583
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    22 347,34
    +117,82 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    19 696,68
    -482,69 (-2,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,54
    -8,25 (-1,79 %)
     
  • S&P 500

    3 900,11
    -11,63 (-0,30 %)
     

Terminator bientôt une réalité avec cette première peau « vivante » pour robot ?

Une peau ressemblant à s'y méprendre à de la peau humaine, et vivante qui plus est, c'est ce qu'ont créé des scientifiques de l'université de Tokyo. Dans une étude publiée dans la revue Matterils présentent un doigt robotique recouvert d'une peau organique, possédant des fonctions hydrofuges et cicatrisantes. Une avancée qui peut paraître mineure mais qui nous rapproche de manière non négligeable de véritables humanoïdes« Je pense que la peau vivante est la solution ultime pour donner aux robots l'apparence et le toucher de créatures vivantes, car c'est exactement le même matériau qui recouvre le corps des animaux », a déclaré Shoji Takeuchi, premier auteur de l'étude.

De véritables composants de la peau humaine

Pour obtenir cette texture, les chercheurs ont utilisé un assemblage de cellules vivantes fabriquées in vitro et de collagène. Un mélange inspiré des implants biologiques utilisés en médecine pour traiter les plaies et brûlures graves. Ils ont d'abord immergé le doigt robotique dans un mélange de fibroblastes dermiques humains et de collagène pour reproduire l'équivalent du derme, puis ont recouvert le tout de kératinocytes épidermiques humains pour créer un épiderme.

Le tout a ensuite rétréci lors de la solidification, entourant le doigt et formant des plis semblables à ceux d'une peau réelle. « L'avantage de notre méthode pour couvrir les objets 3D avec l'équivalent de la peau est l'utilisation du rétrécissement des tissus pendant la culture, ce qui permet une couverture conforme des objets 3D, en particulier ceux avec des surfaces courbes et inégales », écrivent les chercheurs.

La peau s'est formée, puis a rétréci à la suite de la solidification du mélange dans lequel le doigt robotique a été plongé. © Matter, Kawai et al.
La peau s'est formée, puis a rétréci à la suite de la solidification du mélange dans lequel le doigt robotique a été plongé. © Matter, Kawai et al.

Pour vérifier la tenue et l'élasticité de la peau, l'équipe a ensuite fait faire plusieurs mouvements au doigt robotique, et a de plus « évalué la fonction de barrière des équivalents de peau fabriqués in vitro avec des mesures...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles