La bourse ferme dans 30 min
  • CAC 40

    6 658,15
    +10,84 (+0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 933,23
    +11,96 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    33 786,57
    +5,09 (+0,02 %)
     
  • EUR/USD

    1,0544
    -0,0016 (-0,15 %)
     
  • Gold future

    1 807,20
    +5,70 (+0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    16 305,04
    +138,22 (+0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,89
    -1,36 (-0,33 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,14
    +0,68 (+0,95 %)
     
  • DAX

    14 344,62
    +80,06 (+0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 475,01
    +2,84 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    11 125,01
    +43,01 (+0,39 %)
     
  • S&P 500

    3 971,54
    +8,03 (+0,20 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0058 (+0,47 %)
     

Il tente d'obtenir un médicament valant plus de 6.000 euros avec une fausse ordonnance

Adobe Stock

C'est un phénomène qui est de plus en plus rencontré dans les pharmacies : les fausses ordonnances. D'ailleurs, au mois de septembre, face à ce fléau, l'Assurance Maladie avait mis en place un plan afin d'aider les pharmaciens à détecter les faux, qui permettent très souvent aux escrocs de se faire de l'argent sur son dos. Car généralement, ces fausses ordonnances concernent des médicaments assez onéreux. Très récemment comme l'a repéré France Bleu, un trentenaire a été pris la main dans le sac en essayant de récupérer un médicament d'une valeur de 6.000 euros.

La scène s'est déroulée à Montpellier (Hérault) où l'individu a tenté de mettre la main sur un anti-cancéreux. L'homme, âgé de 33 ans selon nos confrères, a essayé de le récupérer dans trois officines différentes, mais un des gérants a reconnu que l'ordonnance n'était pas un original. Très vite, il a prévenu la gendarmerie qui l'a arrêté. Mis devant le fait accompli, il a reconnu en garde à vue avoir en sa possession une fausse ordonnance, mais ce n'était pas la sienne, selon lui.

Devant les enquêteurs, le trentenaire a indiqué avoir été payé (200 euros) pour récupérer le médicament, et contacté par un inconnu sur la messagerie Telegram. À ce jour, le présumé commanditaire n'a pas été identifié, et le médecin dont le nom avait été usurpé sur l'ordonnance a décidé de porter plainte. Comme Capital le relayait au mois de septembre, depuis le début de l'année, l'Assurance Maladie a déjà détecté plus de cinq millions d'euros (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Prêts verts : une rallonge de plus d'un milliard pour les collectivités locales
Le gouvernement alloue une nouvelle enveloppe pour "redynamiser" les centres-villes
Fin de la COP27 sur un accord, l'Union européenne "déçue"
Taxation des superprofits : le Sénat fait barrage aux amendements de la gauche et des centristes
Escroquerie aux aides Covid : trois personnes condamnées pour avoir détourné une sacrée somme