La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 601,59
    +669,22 (+2,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 581,30
    +388,96 (+2,95 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2050
    -0,0038 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 470,34
    +3 864,07 (+10,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    974,84
    +46,61 (+5,02 %)
     
  • S&P 500

    3 908,61
    +97,46 (+2,56 %)
     

Un tennisman dans sa bulle : pour Pierre-Hugues Herbert, pas de confinement sans guitare

Fabrice Abgrall
·1 min de lecture

L’Open d’Australie, premier tournoi du Grand Chelem de la saison en tennis doit se tenir 8 au 21 février prochain. Les joueurs souhaitant y participier devaient impérativement arriver à Melbourne mi-janvier, puis respecter un confinement strict de 15 jours, dans un hôtel de Melbourne qui leur est entièrement réservé. Ils ne peuvent sortir de leur chambre que cinq heures par jour pour aller s’entraîner, sur le site du tournoi. Après six jours sur place, Pierre-Hugues Herbert raconte son quotidien. Entre les entraînements dédiés au tennis, il n'hésite pas à jouer de la guitare pour passer le temps.

franceinfo : Cela fait six jours maintenant que vous êtes à Melbourne, dans quel état d'esprit êtes-vous ?

Pierre-Hugues Hebert : Très sincèrement, ça fait une énorme différence de pouvoir sortir cinq heures par jour, aller s'entraîner pour faire deux heures de tennis, une heure et demie de physique et ensuite être dehors pendant une heure et pouvoir manger. Ça fait une énorme différence. C'était à l'organisation de se mettre en place, on n'imagine même pas tout ce qui doit être fait. C'est vrai qu'au début, il y avait pas mal de retards sur les pick-up [ramassage] au niveau des chambres et là, pour le coup, ça semble bien réglé. Moi, ça fait maintenant trois jours que je m'entraîne, on est venu me cherchcer à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi