Marchés français ouverture 51 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 185,71
    -422,88 (-1,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2132
    -0,0021 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    28 050,13
    +36,32 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    47 190,66
    +1 525,64 (+3,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 554,49
    +1 311,81 (+540,55 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

"Tenir quatre à six semaines": les courbes du Covid qui expliquent le rendez-vous manqué de Macron

Matthieu Balu
·Journaliste sciences video au HuffPost.
·1 min de lecture

CORONAVIRUS - Le “maître des horloges” aura bel et bien perdu sa montre dans cette crise du coronavirus. Le 1er mars, Emmanuel Macron expliquait aux Français qu’il leur faudrait “tenir” durant six semaines, serrer les dents avant de voir, enfin, le bout du tunnel... un délai qui arrive ce mercredi 14 avril à son terme dans une France reconfinée, avec des chiffres toujours au plus haut malgré un frémissement de l’incidence.

Comment expliquer une telle erreur de prévision? Le variant britannique B.1.1.7 est passé par là, mais ce n’est pas tout. Le président de la République n’a pas voulu prendre en compte l’impact de l’incidence chez des patients plus jeunes, malgré les mises en garde répétées d’épidémiologistes depuis le mois de janvier.

Ces deux facteurs cumulés ont abouti à une troisième vague que le gouvernement pensait pouvoir maîtriser, notamment grâce aux efforts de vaccination qui, à partir de la fin du mois de mars, ont permis de protéger les plus fragiles, notamment dans les Ehpad. Mais ces efforts n’ont pas permis d’endiguer l’engorgement des services de réanimation. Le HuffPost vous propose de comprendre pourquoi en cartes et en courbes.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Made with Flourish
Made with Flourish

Voici une description des principaux indicateurs suivis:

  • Taux d’incidence: c’est le nombre de cas détectés pour 100.000 habitants. Il est très utile, car il donne un état des lieux de l’épidémie en quasi-temps réel (quelques jours de décalage pour l’apparition des symptômes, voire avant leur apparition pour les cas contacts). Mais il est dépendant des capacités de dépistage.

  • Taux de positivité: c’est ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.