La bourse ferme dans 6 h 22 min
  • CAC 40

    6 264,06
    -3,33 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,99
    -3,07 (-0,08 %)
     
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    -0,0019 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 833,70
    -2,40 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    46 844,40
    +772,07 (+1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 540,33
    +1 297,65 (+534,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,62
    +0,34 (+0,52 %)
     
  • DAX

    15 128,25
    +8,50 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 988,96
    +40,97 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 147,51
    -461,08 (-1,61 %)
     
  • HANG SENG

    28 231,04
    +217,23 (+0,78 %)
     
  • GBP/USD

    1,4142
    -0,0002 (-0,01 %)
     

"Il est temps pour la gauche de réveiller sa propre force", selon Olivier Faure

·1 min de lecture

"Il est temps pour la gauche de réveiller sa propre force et de réveiller l'espoir pour les Françaises et les Français", a expliqué Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, ce samedi matin sur Europe 1. Les dirigeants de gauche se réunissent dans la matinée dans un hôtel parisien à l’initiative de l'écologiste Yannick Jadot. Objectif : amorcer un rapprochement en vue de la présidentielle. "Un an avant l'élection présidentielle, il est temps de faire en sorte que les choses changent", a précisé Olivier Faure.

"Je veux que les Françaises et les Français retrouvent un espoir"

Il attend de cette réunion "de la clarté de la part de chacun". "Qu'est-ce que nous voulons ?", s'est-il interrogé. "Est-ce que nous voulons véritablement en finir avec ce duel Marine Le Pen/Emmanuel Macron qui est annoncé, ou est-ce que nous sommes finalement dans une forme d'hypocrisie ?" Le leader du PS souhaite la fin des divisions afin de proposer une alternative venue de la gauche. "Comment nous, la gauche, pouvons-nous dire que [ce duel] est impossible, que ce serait affreux, et en même temps être dans une forme de division qui condamne la gauche à être simplement dans le témoignage ?"

"Moi, je ne veux pas témoigner, je veux que les Françaises et les Français retrouvent un espoir", a ajouté le premier secrétaire du PS. Qui a réaffirmé son désir d'un projet et d'un candidat commun, "le ou la meilleure", dans le but d'offrir aux électeurs de gauche la possibilité d'une alternance. Sans...


Lire la suite sur Europe1