Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 112,16
    -299,05 (-0,76 %)
     
  • Nasdaq

    17 717,65
    +220,84 (+1,26 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,0716
    -0,0021 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 873,37
    +2 618,95 (+4,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 286,68
    +37,56 (+3,01 %)
     
  • S&P 500

    5 469,30
    +21,43 (+0,39 %)
     

Combien de temps dure une épine calcanéenne ?

Istock/m-gucci

Dans la plupart des cas, le temps de guérison d’une épine calcanéenne va de quelques semaines à quelques mois. Néanmoins, il n’est pas rare que les épines calcanéennes persistent au moins un an, sachant qu’il n’y a pas de limite maximale.

Une épine calcanéenne est une excroissance osseuse qui se forme au niveau du calcanéum, l’os qui constitue le talon, d’après Le Manuel MSD. Pour être plus précis, c’est là où l’aponévrose plantaire (une bande de tissu fibreux qui fait le lien entre le talon et les orteils – métatarses et phalanges) s’insère sur le calcanéum que l’épine se développe. Cela se traduit par d’importantes douleurs, en particulier le matin au réveil ou suite à une période d’inactivité. Cette douleur est majorée lors de l’appui sur le calcanéum, c’est-à-dire à la marche, à la course… et même en cas de station debout prolongée.

L’aponévrosite plantaire entraîne des symptômes similaires et c’est donc grâce à l’imagerie médicale qu’on peut distinguer une pathologie de l’autre. Dans le cas de l’aponévrosite plantaire, c’est l‘inflammation du fascia (de l’aponévrose) qui est responsable des douleurs. Il n’est pas rare que les deux pathologies coexistent (l’épine calcanéenne étant généralement la conséquence de l’inflammation chronique de l’aponévrose), même si cela n’est pas systématique.

Les études portant sur les aponévrosites plantaires sont plus nombreuses que celles dédiées aux épines calcanéennes. Pour autant, il semble que la durée de l’une soit comparable à celle (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite