La bourse ferme dans 51 min
  • CAC 40

    6 543,43
    +87,62 (+1,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 090,39
    +46,76 (+1,16 %)
     
  • Dow Jones

    34 069,13
    +98,66 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1723
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • Gold future

    1 775,60
    +11,80 (+0,67 %)
     
  • BTC-EUR

    36 434,22
    -1 324,34 (-3,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 070,33
    +6,49 (+0,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    69,95
    -0,34 (-0,48 %)
     
  • DAX

    15 340,74
    +208,68 (+1,38 %)
     
  • FTSE 100

    6 972,85
    +68,94 (+1,00 %)
     
  • Nasdaq

    14 750,63
    +36,73 (+0,25 %)
     
  • S&P 500

    4 363,69
    +5,96 (+0,14 %)
     
  • Nikkei 225

    29 839,71
    -660,34 (-2,17 %)
     
  • HANG SENG

    24 221,54
    +122,40 (+0,51 %)
     
  • GBP/USD

    1,3653
    -0,0006 (-0,05 %)
     

Le temps des déluges

·2 min de lecture

Comme des scènes de mousson au Bangladesh… Mais ces inondations soudaines et massives ont frappé des zones proches de la France : Belgique, Luxembourg, Allemagne et Pays-Bas. Du jamais-vu en été. Les experts du climat avaient prédit l’augmentation des phénomènes extrêmes, y compris sous nos latitudes. Le 14 juillet, alors même que s’abattaient ces pluies diluviennes, la Commission européenne annonçait l’interdiction des voitures à carburant fossile pour2035. L’urgence est déclarée.

Vers minuit, la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 juillet, Karolina Bartkiewicz et Christoph Thömmes s’apprêtent à aller se coucher. Ces amoureux d’une vingtaine d’années vivent depuis deux ans au deuxième étage d’un petit immeuble blanc planté sur une des rues principales de Bad Neuenahr-Ahrweiler, une bourgade de 27 000 âmes de Rhénanie-Palatinat cossue et proprette, entourée de vallons plantés de vignes et située à une cinquantaine de kilomètres au sud de Cologne (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

Lire aussi:Climat : les prévisions choc d'un brouillon de rapport du Giec

À une centaine de mètres de l’appartement de Karolina et Christoph serpente l’Ahr, un modeste affluent du Rhin, une rivière qu’on peut, en été, traverser à pied. Christoph regarde un film d’action sur son ordinateur. Karolina est dans la salle de bains. Soudain, de puissants ululements retentissent. Christoph pense que ces sirènes font partie des bruitages du film. Ce sont, en fait, celles de la caserne de pompiers. Il va sur son balcon. Il ne pleut plus. Tout va bien. Mais, tout à coup, l’électricité saute et un son étrange, qui grossit à chaque seconde, parvient au couple : « C’est un bruit que je n’avais jamais entendu de toute ma vie, une vibration sourde, effrayante », se rappelle Karolina. Un puissant parfum de gazole empuantit les rues. L’Ahr n’est pas sorti de son lit : il a littéralement explosé. Un tsunami d’eau boueuse déferle, détruit les réservoirs d’essence des stations alentour, inonde tout sous les yeux effarés du jeune couple.

Lire aussi:Climat: la justice ordonne à l'Etat français d'en faire plus

« Quelqu’un a toqué à la porte, c’était une voisine qui venait nous dire de sauver nos voitures garées au parking souterrain. À ce moment-là,(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles