La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 657,56
    +313,95 (+1,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Temps de charge des voitures électriques : la grande hypocrisie de nombreux constructeurs

Challenges - N. Meunier

Les puissances de recharge impressionnantes annoncées par les marques pour leurs voitures électriques sont bien souvent un argument marketing. La réalité des tests démontre que les capacités maximales sont atteintes seulement par intermittence. De quoi rallonger le temps passé à la borne... et le trajet.

Dans la concurrence que livre la voiture électrique à celle à essence, la vitesse de charge sur les bornes rapides est un argument primordial, en plus de l'autonomie. C’est en effet celle-ci qui permet aux véhicules à batterie de réaliser de longs trajets sans (trop) perdre de temps en arrêts ravitaillement. Voilà pourquoi les constructeurs ne manquent pas de vanter les performances de leurs modèles à batterie sur les bornes en courant continu, comme celles installées sur les autoroutes par Ionity, Total et autre Fastned. Mais des promesses à la réalité, il y a souvent un fossé.

La plupart des constructeurs ont compris que la mise en avant des puissances élevées de charge est un atout commercial… Quitte à travestir la réalité dans la formulation. On se rappellera le lancement de la première génération de Kia e-Niro. Le constructeur annonçait un temps de charge "sur une borne de 100 kW", laissant imaginer qu’il s’agissait là de la puissance maximale que l’auto pouvait accepter. En réalité, celle-ci plafonnait, selon nos mesures, à 77 kW.

Idem pour Porsche, qui profitait du lancement du réseau Ionity et ses bornes capables de délivrer 350 kW pour promettre un temps de charge "sur une borne de 350 kW". En réalité, le maximum accepté par la berline sportive électrique est de 260 kW, une performance déjà généreuse permise grâce à son architecture technique fonctionnant sous une tension de 800 Volts.

De pics de puissance qui ne durent que quelques dizaines de secondes

Les formulations volontairement floues sont une chose, la réalité du terrain en est une autre. De nombreux constructeurs annoncent des pics de puissance élevés, que l’on peut effectivement constater lorsqu’on branche son auto, mais ceux-ci ne durent parfois que quelques secondes. Voilà pourquoi, lors de nos essais de voitures électriques, nous mesurons toujours la courbe de charge sur une borne de forte puissance.

Et pour cause : sur ce type d’infrastructure, l’énergie fournie dépend avant tout des caracté[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi