Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 093,30
    +2 504,70 (+4,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,32
    +43,42 (+3,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Tempête Ciaran : âgée de 97 ans et sous assistance respiratoire, cette Brestoise n’était pas prioritaire pour retrouver l’électricité

Kévin Comte / Capital

Ubuesque. Une Brestoise de 97 ans a été privée d’électricité du 2 novembre, date du passage de la tempête Ciaran, jusqu’au 14 novembre. Enedis lui a indiqué qu’elle n’était pas prioritaire, et ce, quand bien même elle serait placée sous respirateur artificiel. Les proches de Célestine Balcon a conté son histoire dans les colonnes du Télégramme, le 15 novembre 2023. Si elle a pu survivre pendant deux longues semaines, c’est, en partie, grâce à ses voisins. Elle a pu brancher son respirateur, grâce à un long câble, chez eux.

En effet, dès le 2 novembre, son alimentation électrique a été coupée par les vents violents qui n’ont pas épargné Brest et ses environs. Le sort a joué des tours à la nonagénaire, puisque sa maison a été la seule de la zone à avoir été déconnectée du réseau électrique. Dès lors, les voisins ont accepté que Célestine Balcon utilise une rallonge pour se raccorder à une prise, chez eux. La famille de la retraitée s’est également mobilisée. «On a appelé l'agence régionale de santé, la cellule de crise de la préfecture, et même sollicité le maire de Brest pour faire bouger les choses», se rappelle Éric Balcon, son fils, dans les colonnes du Télégramme.

Du côté d’Enedis, cette situation était tout à fait justifiable. Contactée par le quotidien régional, l’entreprise persiste et signe : «Elle n'est pas dans la liste des patients à haut risque vital (PHRV), cas qui sont traités en urgence et font l'objet d'un accompagnement personnalisé.» Par ailleurs, Enedis estime (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

ISR : près de la moitié des fonds actuellement labellisés ne pourront plus l'être, voici pourquoi
Faute de personnel, le plus grand restaurant routier de France ferme ses portes pendant une semaine
Anticor : l'annulation de l'agrément de l'association anticorruption a été confirmée en appel
RATP : où sont passés les métros des lignes 6, 8 et 13 ?
Football : les propriétaires de Saint-Étienne prêts à vendre le club