La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 782,65
    -48,00 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 669,54
    -35,31 (-0,95 %)
     
  • Dow Jones

    30 992,05
    +67,91 (+0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,1916
    -0,0063 (-0,52 %)
     
  • Gold future

    1 693,20
    -7,50 (-0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    40 043,43
    -1 834,11 (-4,38 %)
     
  • CMC Crypto 200

    952,72
    +9,54 (+1,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,80
    +1,97 (+3,09 %)
     
  • DAX

    13 920,69
    -135,65 (-0,97 %)
     
  • FTSE 100

    6 630,52
    -20,36 (-0,31 %)
     
  • Nasdaq

    12 586,58
    -136,89 (-1,08 %)
     
  • S&P 500

    3 765,97
    -2,50 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 864,32
    -65,79 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    29 098,29
    -138,50 (-0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3824
    -0,0070 (-0,50 %)
     

TEMOIGNAGES. "Il a craqué devant nous sur Zoom" : les professeurs d'université démunis face à la souffrance de leurs étudiants

Clément Parrot
·1 min de lecture

"Je suis suivi par une psychologue depuis le déconfinement, il a fallu que je parle de tout ça pour aller mieux." Nicolas, qui enseigne dans un IUT à Sète (Hérault), est affecté par la détresse des étudiants. Comme de nombreux professeurs d'université, il a répondu à l'appel à témoignages de franceinfo sur cette souffrance qu'il côtoie tous les jours. "Entre l'étudiant qui est retourné chez ses parents et qui se retrouve à devoir s'occuper de ses cinq frères et sœurs pendant que les parents travaillent… jusqu'à l'étudiant qui rentre à la maison et dont les parents n'ont pas internet car pas les moyens."

"Sans parler des situations de violences familiales 'ordinaires'. Que fait-on pour vivre avec ces informations ? Nous ne sommes pas préparés à entendre tout ça, (...) pas préparés à vivre avec."

Nicolas, enseignant en IUT

à franceinfo

Isolement, précarité, difficultés pour travailler… Les témoignages d'étudiants en difficulté se sont effectivement multipliés ces derniers mois, depuis le début du deuxième confinement annoncé par le gouvernement, notamment sur les réseaux sociaux avec le mot-dièse #étudiantsfantômes. "Les plus grandes difficultés sont relevées chez les étudiants qui sont loin de chez eux et se retrouvent isolés toute la semaine dans un (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi