La bourse ferme dans 27 min
  • CAC 40

    5 813,09
    +3,36 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 701,32
    -6,40 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    31 483,07
    +91,55 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 707,90
    -25,70 (-1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    42 087,85
    +1 209,65 (+2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 017,90
    +29,80 (+3,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,53
    +1,78 (+2,98 %)
     
  • DAX

    14 027,59
    -12,21 (-0,09 %)
     
  • FTSE 100

    6 647,23
    +33,48 (+0,51 %)
     
  • Nasdaq

    13 243,94
    -114,85 (-0,86 %)
     
  • S&P 500

    3 858,25
    -12,04 (-0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 559,10
    +150,93 (+0,51 %)
     
  • HANG SENG

    29 880,42
    +784,56 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3970
    +0,0014 (+0,10 %)
     

TEMOIGNAGE - Covid-19 : des "jeunes" vaccinés pour éviter de jeter des doses

·2 min de lecture

Alors que la campagne de vaccination élargie a débuté lundi, des critiques se font entendre sur une possible pénurie de doses et des difficultés de logistique. Sébastien, 35 ans, s'est ainsi retrouvé vacciné dans une clinique parisienne, dans l'urgence, car les doses de vaccin allaient être périmées. Il témoigne sur Europe 1.

Sébastien, 35 ans et vacciné. Il n'aurait jamais dû se retrouver sur la liste des personnes prioritaires, pourtant ce trentenaire en bonne santé a reçu un appel soudain lui proposant une vaccination immédiate dans une clinique à Paris, en raison de doses de vaccin contre le Covid-19 qui arrivaient à leurs dates de péremption. Une nouvelle illustration des dysfonctionnements de la campagne vaccinale en France, désormais élargie au plus de 75 ans et personnes atteintes de pathologies à haut risque, alors que de nombreux élus pointent le manque de doses dans leurs centres de vaccination

"J'étais dimanche matin à la maison avec mes enfants. Il était 9 heures du matin et je reçois un coup de fil d'une amie. Elle m'explique qu'elle a reçu en urgence elle-même un appel d'une amie qui travaille dans une clinique parisienne. Dans cette clinique, ils avaient des vaccins sur le point d'être périmé, qu'ils allaient devoir jeter dans l'heure", explique Sébastien au micro d'Europe 1. "On me dit que j'ai trois quarts d'heures pour arriver, donc je réveille vite ma conjointe, on prend nos deux enfants et on les met sur notre porte-vélo."

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

L'ARS pourtant contactée

"Le médecin qui nous a reçu était dépité", confie-t-il. "Il trouvait anormal d'être contraint de vacciner des gens comme nous, mais il m'a bien expliqué que l'ARS avait été contactée mais qu'elle n'avait pas répondu, qu'ils avaient essayé de trouver des gens âgés, malades, ...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu pourrait également vous intéresser :