La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • EUR/USD

    1,1413
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • BTC-EUR

    36 534,56
    -1 585,22 (-4,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 001,89
    -23,84 (-2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Télétravail : un chèque de 600 euros par an pour chaque salarié est à l’étude

·1 min de lecture
Télétravail : un chèque de 600 euros par an pour chaque salarié est à l’étude (Crédit : Getty Image)

Une députée de la majorité propose que les employeurs participent davantage aux frais engendrés par le télétravail.

Travailler à distance n’est pas sans conséquence pour le portefeuille. Entre les frais de chauffage, les fournitures de bureau (papier, stylo, cahier, cartouches d’encre…) ou encore l’électricité, les dépenses supplémentaires oscillent entre 13 euros à 174 euros par mois pour chaque salarié selon une étude effectuée en début d’année. En pleine cinquième vague de coronavirus, le gouvernement recommande l’extension du télétravail dans les entreprises "2 à 3 jours par semaine".

Pour inciter les salariés à recourir massivement au télétravail, une proposition de loi a été déposée par la députée de Haute-Savoie (LREM) Frédérique Lardet mi-novembre. La députée de la majorité souhaite créer un "forfait télétravail" de 600 euros maximum par an. Cette allocation serait défiscalisée et exonérée de charges sociales pour les employeurs.

Pas avant fin 2022

Les salariés pourraient ainsi faire prendre en charge par leur employeur les frais liés au travail à distance qu’ils soient à domicile ou dans un espace de coworking. Actuellement, le dispositif existant prévoit un remboursement seulement pour "les frais de télétravail à domicile sauf que certaines personnes ne peuvent pas télétravailler de chez elles", indique Frédérique Lardet contactée par Le Figaro. "Ce dispositif pourrait être dématérialisé, avec une carte que le salarié utiliserait pour payer ses frais de télétravail, et qui serait rechargée comme la carte ticket-restaurant", développe l’élue.

Si la députée se dit "optimiste" sur l’adoption de sa loi, celle-ci n’entrera pas en vigueur avant fin 2022 au minimum.

VIDÉO - Télétravail : 6 conseils pour ne pas s'épuiser

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles