Publicité
La bourse ferme dans 1 h 5 min
  • CAC 40

    7 913,03
    -14,40 (-0,18 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 882,51
    +4,74 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    38 981,84
    -14,55 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 064,90
    +10,20 (+0,50 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 107,76
    -1 125,16 (-1,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,43
    +1,17 (+1,50 %)
     
  • DAX

    17 721,91
    +43,72 (+0,25 %)
     
  • FTSE 100

    7 656,24
    +26,22 (+0,34 %)
     
  • Nasdaq

    16 160,19
    +68,26 (+0,42 %)
     
  • S&P 500

    5 109,75
    +13,48 (+0,26 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2639
    +0,0013 (+0,10 %)
     

Teddy Riner, champion du tatami mais aussi des affaires !

Jean Catuffe/Getty images/Capital

On ne l’arrête plus. Pour la huitième fois, Teddy Riner a remporté le tournoi de judo parisien, le Paris Grand Slam, contre le Sud-Coréen Kim Min-jong. Le triple champion olympique, démontre qu’à quelques mois des JO de Paris 2024, il est prêt à aller chercher une quatrième médaille d’or.

En 2018, le quotidien L'Equipe, classait déjà le judoka parmi les sportifs français les mieux rémunérés, avec 5,5 millions de gains, tous revenus confondus comprenant salaire, primes et revenus extra-sportifs. En 2019, ses gains estimés étaient de 5,6 millions d’euros, son salaire moyen estimé étant de 400 000 euros brut annuel. En plus de son salaire, à chaque victoire selon le pays où a lieu la compétition, une prime lui est attribuée. Par exemple, lors des JO 2016 de Londres, sa prime de victoire était de 50 000 euros. En dehors des tatamis, le sportif est aussi un businessman redoutable.

Le judoka a su diversifier ses investissements. En 2022, Teddy Riner a lancé une entreprise de vente d’équipements sportifs avec Nicolas Poy-Tardieu, dénommée Fightart. Le site internet vend notamment des équipements pour le judo. Le prix des kimonos varie entre 20,90 euros, pour un kimono enfant, et 179 euros pour les modèles en édition limitée.

«Je ne m’interdis aucun secteur, tout m’intéresse. Si je sens bien quelque chose, je peux prendre des parts, je peux acheter ou créer, développer et revendre», expliquait le sportif en 2015 à ÉcoRéseau.

Le magazine économique dénombrait déjà à cette époque pas moins (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Un agent de la DGSI condamné pour avoir détourné des sommes d’argent destinées «aux sources»
IA : «Il faut instaurer une gouvernance des algorithmes», estime Aurélie Jean
Ce que va coûter aux propriétaires la loi anti-Airbnb, les tarifs de stationnement triplés pour les SUV à Paris… Le Flash éco du jour
Fini le stationnement gratuit, cette commune va mettre en place des abonnements payants
Gouvernement Attal : la fin du remaniement ministériel, partie 2