La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 030,52
    -399,36 (-1,16 %)
     
  • Nasdaq

    11 275,66
    -185,83 (-1,62 %)
     
  • Nikkei 225

    27 820,40
    +42,50 (+0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0508
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    19 518,29
    +842,94 (+4,51 %)
     
  • BTC-EUR

    16 264,71
    -121,95 (-0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    403,55
    -7,67 (-1,87 %)
     
  • S&P 500

    4 009,53
    -62,17 (-1,53 %)
     

Les technologies spatiales offrent la possibilité d’atteindre un sixième des réductions d’émissions nécessaires pour atteindre le net zéro d’ici 2050

Un nouveau rapport d’Inmarsat et de Globant révèle que les technologies satellitaires existantes pourraient économiser jusqu’à 5,5 milliards de tonnes de CO2 par an

LONDRES, October 27, 2022--(BUSINESS WIRE)--Les technologies satellitaires réduisent déjà les émissions de carbone de 1,5 milliard de tonnes (ou 1,5 gigatonne) chaque année, selon une étude indépendante commandée par Inmarsat aux principaux consultants du Sustainable Business Studio de Globant. Cela équivaut à près d’un tiers des émissions de carbone de l’ensemble des États-Unis en 2021[1][2], ou les émissions à vie de 50 millions de voitures[3].

Démontrant les possibilités des technologies spatiales dans la course au net zéro, le rapport se concentre sur trois secteurs industriels : 1) transport et logistique, 2) agriculture, sylviculture et autre utilisation des terres et 3) systèmes énergétiques. Ensemble, ils représentent environ 60 % des émissions mondiales[4].

L’analyse de Globant suggère que si les technologies satellitaires étaient adoptées universellement par ces industries, les économies de CO2 actuellement réalisées grâce aux technologies satellitaires pourraient presque quadrupler pour atteindre 5,5 milliards de tonnes par an sur la base des seules technologies actuelles.

Cela équivaut à un sixième des émissions totales de carbone actuellement estimées nécessaires pour maintenir la hausse des températures mondiales sous 1,5 °C d’ici 2030, ou à un tiers de ce qui est nécessaire pour maintenir les hausses de température sous 2 °C[5], soulignant que les technologies spatiales pourraient avoir un impact positif sur le plus grand défi auquel le monde soit confronté.

Selon la recherche, les calculs de Globant suggèrent que le monde manque actuellement jusqu’à 4 milliards de tonnes de réductions potentielles et immédiates de CO2 [6] en ne tirant pas parti des capacités de décarbonisation des technologies satellitaires. Ces technologies permettent des économies de consommation de carburant et un meilleur itinéraire dans les transports, une consommation d’énergie réduite et une optimisation de l’énergie et même la prévention des incendies dans les opérations forestières, entre autres.

Rajeev Suri, PDG d’Inmarsat, déclare : « Agir pour lutter contre la décarbonisation est une priorité mondiale, et les technologies spatiales offrent une source d’espoir importante pour relever ce défi. Notre rapport, commandé par Globant, souligne comment l’espace peut offrir d’importantes économies d’émissions de carbone aujourd’hui et encore plus d’économies à l’avenir, contribuant ainsi directement à la lutte contre le changement climatique. »

« Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent prochainement pour la COP27, nous leur offrons l’opportunité d’examiner le rôle des technologies satellitaires dans leurs stratégies de décarbonisation et les encourageons à travailler en étroite collaboration avec notre industrie pour collecter plus efficacement les données dont nous avons besoin pour apporter une contribution efficace à la décarbonisation afin de réduire le risque d’augmentation de la température terrestre. À la COP27 et au-delà, nous sommes impatients de travailler avec les leaders mondiaux et industriels pour saisir cette opportunité et apporter un changement réel et durable à notre planète. »

Une récente étude de consommation menée pour Inmarsat dans le cadre de son initiative « Quelle est la valeur de l’espace sur Terre ? » a révélé que 4 personnes sur 10 pensent que l’espace peut aider à résoudre le changement climatique.[7] Les conclusions de la deuxième étude de l’initiative devraient être particulièrement encourageantes pour cette minorité importante.

Cela dit, la technologie satellitaire n’est en aucun cas la seule solution au changement climatique. Des travaux cruciaux sur les sources d’énergie alternatives et les nouvelles technologies de stockage de l’énergie et d’autres remèdes doivent se poursuivre à plein régime. Mais les économies réalisées grâce aux technologies spatiales existantes peuvent avoir un impact immédiat, aidant potentiellement à gagner plus de temps pour que ces solutions supplémentaires soient développées et déployées.

Pour l’avenir, le rapport Globant a également révélé que 8,8 milliards de tonnes d’émissions de carbone, soit l’équivalent de près d’un quart (23 %) des émissions mondiales en 2021[8], ou bien les émissions par habitant de 1,8 milliard de personnes[9], pourraient être évitées si la multitude de technologies spatiales émergentes ou sur le point d’émerger était largement adoptée au cours des prochaines années. Cela inclut :

  • Dans le secteur maritime, des navires autonomes pourraient économiser 400 millions de tonnes en réduisant la consommation de carburant

  • Dans le secteur de l’énergie, l’optimisation énergétique basée sur l’IA pour la transition énergétique pourrait permettre d’économiser 1,3 milliard de tonnes de CO2

  • Dans le secteur de l’aviation, la technologie ESA Iris pourrait économiser 100 millions de tonnes de carbone si elle était adoptée dans l’ensemble de l’industrie aéronautique, le premier avion devant voler début 2023

Martin Umaran, co-fondateur et président pour l’EMEA chez Globant, déclare : « En tant qu’entreprise native du numérique, nous nous efforçons constamment de comprendre et d’apprécier le rôle que jouent les technologies révolutionnaires sur des sujets primordiaux pour le bien collectif, tels que la durabilité et la course au net zéro. C’est pourquoi cet effort conjoint avec Inmarsat est à la fois passionnant et important pour nous. Chez Globant, nous sommes à l’avant-garde de la durabilité soutenue par la technologie, et la synergie avec la technologie de communication par satellite offre ainsi un leadership éclairé sans précédent en matière de décarbonisation. »

[1] ONS

[2] https://www.statista.com/statistics/183943/us-carbon-dioxide-emissions-from-1999/

[3] Environ 30 000 kg de CO2 [sont] émis par une voiture à moteur à combustion interne (en supposant 150 000 km parcourus)

[4] Inclus dans la recherche : transport (15 % des émissions mondiales), agriculture, sylviculture et utilisation des terres (22 %), électricité et chaleur (23 %)

[5] « L’écart d’émissions en 2030... est estimé à 12-15 Gt de CO2 pour limiter le réchauffement climatique sous 2 °C et 29-32 Gt de CO2e à 1,5 °C. »

[6] La différence entre 1,5 milliard de tonnes d’économies existantes et les 5,5 milliards de tonnes d’économies prévues grâce à l’adoption complète des technologies satellitaires

[7] https://www.inmarsat.com/en/news/latest-news/corporate/2022/people-unaware-concerned-space-landmark-report.html

[8] « En 2021, les émissions mondiales de CO2... ont totalisé 37,9 Gt de CO2 »

[9] https://www.statista.com/statistics/268753/co2-emissions-per-capita-worldwide-since-1990/

À PROPOS D’INMARSAT
Inmarsat fournit des communications mobiles mondiales de pointe, innovantes, avancées et exceptionnellement fiables, dans les airs, en mer et sur terre, qui permettent une nouvelle génération de services commerciaux, d’entreprise, gouvernementaux et critiques, y compris la numérisation du transport maritime et le secteur de l’aviation.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Consultez la version source sur businesswire.com : https://www.businesswire.com/news/home/20221026005106/fr/

Contacts

Médias : press@inmarsat.com