La bourse ferme dans 4 h 53 min
  • CAC 40

    6 662,77
    -7,08 (-0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 166,19
    -0,64 (-0,02 %)
     
  • Dow Jones

    35 457,31
    +198,70 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1632
    -0,0005 (-0,05 %)
     
  • Gold future

    1 779,90
    +9,40 (+0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    55 046,30
    +1 145,83 (+2,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 483,95
    +20,60 (+1,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,09
    -0,87 (-1,05 %)
     
  • DAX

    15 524,91
    +9,08 (+0,06 %)
     
  • FTSE 100

    7 218,56
    +1,03 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    15 129,09
    +107,28 (+0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 519,63
    +33,17 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 255,55
    +40,03 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    26 136,02
    +348,81 (+1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3765
    -0,0029 (-0,21 %)
     

La "tech for value" s'invite au France Digitale Day

·2 min de lecture

Pour ce France Digitale Day 2021, les start-up étaient invitées à parler de "tech for value", valeurs économiques, comme valeurs sociales et environnementales. Un gloubi-boulga curieux, intéressant, parfois gadget. Compte-rendu de cette journée au musée des Arts forains.

Mercredi 22 septembre, l’association majeure de la tech française a organisé son premier France Digitale Day du monde d’après crise du Covid. Le rendez-vous était donné au QG habituel, le musée des Arts forains dans le 12e arrondissement parisien, avec pour mission de parler de "tech for value", comprenez la nouvelle "tech for good". Celle qui s’intéresse autant aux valorisations records des licornes et scale-up françaises (5,14 milliards d’euros au premier trimestre) qu’aux valeurs portées par les entreprises. Et tant pis pour la contradiction apparente. L’absence de têtes d’affiche majeures ayant fait le déplacement, et des PDG des reines du moment (, Mirakl, Vestiaire Collective et Sunday) était compensée par des business divergents, des entreprises écologistes parfois incongrues, des seconds couteaux de grands groupes venant défendre des initiatives sociales (enfin) et un programme condensé sur une demi-journée effrénée.

Lire aussi

Des David contre les GAFA-Goliath

D’abord Ecosia, le premier moteur de recherche "climate positive" fondé en 2009 par l’allemand Christian Kroll, ancien boursicoteur et grand voyageur. Il a monté un moteur de recherche indépendant et plus éthique, dont les actions sont possédées à plus de 99% par une fondation pour éviter qu’il ne puisse être revendu. Surtout, Ecosia plante des arbres en tentant de rééquilibrer la balance carbone : chaque recherche Internet consomme 1 kilo de CO2, il plante l’équivalent de 50 kilos de CO2 en échange.

Cette interface, dont le cœur de l’algorithme a été bâti avec Microsoft, n’enregistre pas les données des utilisateurs pour un respect de leur vie privée. Lente à convaincre les internautes, elle prend maintenant son envol depuis que les smartphones Android – propriété de Google – permettent aux utilisateurs de choisir leur moteur de recherche au lieu d’en imposer un part défaut. Ecosia atteint même 1,2% de part de marché, les jeunes l’adorent, quelques entreprises comme la Deutsche Bahn, Metro et des Uni[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles