La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 054,45
    -347,56 (-1,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    -0,0094 (-0,77 %)
     
  • Gold future

    1 728,70
    -46,70 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    38 847,53
    -2 581,19 (-6,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    941,33
    +8,19 (+0,88 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,45
    -2,08 (-3,27 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 262,36
    +142,93 (+1,09 %)
     
  • S&P 500

    3 829,40
    +0,06 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3952
    -0,0061 (-0,43 %)
     

"Je te fais un Lydia", le succès fou d'une fintech française

·2 min de lecture

Cyril Chiche, avec Antoine Porte, a créé cette fintech spécialiste du remboursement entre amis en 2011. L’an dernier, elle a réalisé une levée record de 112 millions d’euros. Il est l'invité du Club entrepreneurs Challenges - Grant Thornton.

Challenges - Pourquoi avoir levé 112 millions d’euros l’an dernier?

Cyril Chiche - Pour créer la super app européenne des services financiers. Mais nous n’avions pas prévu de lever autant! Nous avons réalisé , mené par Tencent, le leader mondial des super-applications financières avec plus d’un milliard d’utilisateurs. Au cours de l’été dernier, Amit Jhawar, l’ancien patron de Venmo, notre équivalent américain, récemment arrivé au sein du fonds américain Accel (Facebook, Spotify, Slack), nous a contactés. Et nous avons alors levé 72 millions supplémentaires.

Lydia a fêté ses 10 ans. Où en êtes-vous aujourd’hui?

En 2020, nous avons atteint les 4,5 millions d’utilisateurs, un chiffre en progression de 50%, et enregistré 3 milliards d’euros de transactions, en hausse de 100%. La crise sanitaire a accéléré le virage vers le paiement mobile. Résultat, nous visons la rentabilité en France au premier semestre 2022. En novembre dernier, nous avons aussi ouvert une branche au Portugal. Et cette année, nous allons nous lancer en Belgique et en Espagne.

Quel est votre modèle économique?

Notre première source de revenus provient des transactions. Les remboursements entre amis sont gratuits, mais lors d’un paiement avec une carte Lydia, le commerçant nous verse une commission. La deuxième, ce sont les abonnements, qui offrent des fonctionnalités supplémentaires. Lydia Bleu coûte 4,90 euros par mois, Lydia Noir, 7,90 euros. Nous avons quelques centaines de milliers d’abonnés. Enfin, nous percevons des revenus de distribution issus de la vente de produits financiers: prêts, assurances…

Vous vous transformez en banque…

Nous ne sommes pas une banque, car nous ne transformons pas les dépôts en crédit. Notre métier, c’est la partie front de la banque. L’idée est d’amener l’excellence du monde mobile à la finance. Nous changeons l’expérience, nous amenons de nouveaux produits, davantage de fluidité et moins de complexité.

Votre plus grande fierté?

Fin 2015, j’étais invité à . En [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi