La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 511,41
    +281,07 (+0,82 %)
     
  • Nasdaq

    13 602,84
    +20,42 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    +0,0058 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 643,53
    -1 102,04 (-2,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 463,41
    -8,00 (-0,54 %)
     
  • S&P 500

    4 194,66
    +27,07 (+0,65 %)
     

Tchad : le président Idriss Déby Itno réélu, selon des résultats officiels provisoires

·1 min de lecture

Le président tchadien Idriss Déby Itno a été réélu avec 79,32 % des voix, selon des résultats officiels provisoires publiés lundi.

Sans surprise, le maréchal-président Idriss Déby Itno, au pouvoir sans partage depuis 30 ans, a remporté l'élection présidentielle au Tchad.

Selon des résultats officiels provisoires publiés lundi 19 avril, il a été réélu pour un sixième mandat avec 79,32 % des suffrages exprimés à la présidentielle du 11 avril.

Le taux de participation a été de 64,81 % pour ce scrutin remporté dès le premier tour par le chef de l'État sortant, a précisé le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Kodi Mahamat Bam, en livrant les chiffres officiels "provisoires", la Cour suprême devant encore les approuver après l'étude d'éventuels recours contentieux.

Six autres candidats, sans poids politique

L'ancien et dernier Premier ministre d'Idriss Déby Itno, Albert Pahimi Padacké, est arrivé deuxième avec 10,32 % des suffrages exprimés. La première femme à se présenter à une élection présidentielle de l'histoire du Tchad, Lydie Beassemda, est arrivée en troisième position, avec 3,16 % des voix.

Officiellement, neuf candidats concouraient contre le président sortant, mais seulement six en réalité car trois avaient annoncé leur retrait et appelé au boycott du scrutin, mais la Cour suprême avait maintenu leurs noms sur les bulletins de vote.

Les Tchadiens ont voté sans enthousiasme le 11 avril : la réélection du maréchal Déby était largement anticipée car il était opposé à six candidats sans poids politique, le pouvoir ayant écarté de la course, légalement ou par la violence et l'intimidation, les rares ténors d'une opposition déjà très divisée.

Avec AFP