La bourse ferme dans 4 h 54 min
  • CAC 40

    6 705,89
    +36,92 (+0,55 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 956,60
    +22,16 (+0,56 %)
     
  • Dow Jones

    33 852,53
    +3,07 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0361
    +0,0026 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    1 774,10
    +10,40 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    16 312,30
    +261,32 (+1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    400,94
    +12,21 (+3,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,21
    +2,01 (+2,57 %)
     
  • DAX

    14 401,59
    +46,14 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 554,01
    +42,01 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    10 983,78
    -65,72 (-0,59 %)
     
  • S&P 500

    3 957,63
    -6,31 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    27 968,99
    -58,85 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    18 597,23
    +392,55 (+2,16 %)
     
  • GBP/USD

    1,1995
    +0,0045 (+0,38 %)
     

Tazita, la nouvelle enseigne de distribution qui arrive bientôt en France

Tazita, la nouvelle enseigne de distribution axée sur le
Tazita, la nouvelle enseigne de distribution axée sur le "made in France" arrive bientôt en France (Crédit : Getty Images)

Produits locaux, prix compétitifs, principe de donnant-donnant… À partir de la rentrée 2022, une nouvelle enseigne de distribution débarque dans l’Hexagone.

Dans le paysage ultra-concurrentiel de la grande distribution, un nouvel acteur s’apprête à venir grignoter des parts de marché aux géants du secteur. Dès le mois de septembre, l'enseigne Tazita (le nom n’est pas encore définitif) arrive en France et ambitionne d’ouvrir "300 magasins d'ici 2026 ou 2027" selon les informations de LSA.

"Nous ouvrirons 20 établissements en septembre, puis cinq à dix nouveaux points de vente chaque mois", détaille son patron Fabrice Gerber, ancien directeur de Leclerc qui a également travaillé chez Aldi ou Système U. Les habitants de la région lyonnaise et du sud de la France (Nîmes, Perpignan, Marignane…) seront les premiers à découvrir le concept de ce magasin alimentaire.

Le "made in France" mis en avant

Pour séduire les clients, Tazita entend bien surfer sur l'essor du "local" pour vendre 70% de produits "made in France". Il s’agira en majorité de produits alimentaires puisqu’ils représenteront 60 % des rayons de Tazita. Le bio concernera 5% des 7 500 références proposées et "80% des produits seront commercialisés sous une marque distributeur ou en marque blanche", indique LSA.

Les boutiques ne seront pas déployées dans les villes mais en périphéries de communes moyennes, entre 8 000 et 12 000 habitants. Tazita proposera aussi des stands de boulangerie ainsi que des vêtements pour toute la famille pour booster les ventes de l’enseigne. Dans ce domaine, la marque ne manque pas d’ambition puisqu’elle vise de près de 2 milliards d'euros en 2026/2027. Pour arriver à ses fins, le magasin table sur un panier moyen de 35 euros par consommateur.

Un système coopératif

Sa recette pour se faire une place au soleil entre les mastodontes Carrefour, Leclerc et Intermarché ? Un mélange entre le "made in France" et des produits à des tarifs ultra-compétitifs. Dans une période où la flambée des prix a propulsé la question du pouvoir d’achat au centre des préoccupations des Français, ce deuxième argument devrait susciter — au moins au début — la curiosité des clients. "Nos fournisseurs ont intérêt à ce que l'enseigne fonctionne pour toucher des bénéfices. Cela les conduira, sans pression de notre part, à un positionnement prix intéressant pour le client", assure le président de Tazita.

En effet, et c’est l’une des particularités de ce nouvel acteur de la grande distribution, le magasin propose à ses fournisseurs de prendre 25% des parts de l’entreprise. En échange, l’entreprise s'engage à leur reverser un quart des bénéfices et à ne pas "mettre la pression lors des négociations commerciales". À voir si la stratégie du donnant-donnant sera l’ingrédient miracle pour remplir les objectifs du groupe.

VIDÉO - 5 choses à savoir sur Leclerc