La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 865,90
    -50,40 (-2,63 %)
     
  • BTC-EUR

    21 439,22
    -376,39 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

Taxes sur les superprofits : Total réduit sa présence au Royaume-Uni

AFP/Archives - Christophe ARCHAMBAULT

En réaction à la taxe sur les superprofits des géants de l'énergie au Royaume-Uni, TotalEnergies a annoncé réduire d'un quart ses investissements en mer du Nord et annulé certains de ses projets.

Le groupe français TotalEnergies a annoncé réduire d'un quart ses investissements prévus en mer du Nord britannique l'an prochain, après l'augmentation par Londres d'une taxe exceptionnelle sur les bénéfices records des géants énergétiques.

TotalEnergies "évalue l'impact sur ses projets actuels et prévus" d'un "nouveau changement de l'environnement fiscal" au Royaume-Uni, a indiqué Jean-Luc Guiziou, patron de la filiale britannique d'exploration et de production du groupe, dans une déclaration transmise vendredi à l'AFP.

"Pour la seule année 2023, nos investissements seront réduits de 25%", a poursuivi M. Guiziou, confirmant des propos publiés jeudi dans Energy Voice. Cela représente 100 millions de livres en moins par rapport à ce qui était jusqu'alors prévu pour l'an prochain.

Lire aussiRio Tinto, TotalEnergies... Le prince saoudien Al-Walid multiplie les investissements

Le gouvernement britannique a annoncé fin novembre qu'une taxe sur les bénéfices énergétiques, introduite en mai, augmenterait de 25% à 35% et serait prolongée de trois ans, jusqu'en 2028. Londres compte ainsi mettre à contribution des entreprises qui ont vu leurs bénéfices s'envoler avec la flambée énergétique depuis le début de la guerre en Ukraine.

La possibilité de réduire cet impôt en échange d'investissements, très critiquée par les écologistes, est maintenue, mais elle est désormais bien plus incitative pour les projets bas carbone et moins pour les projets pétroliers ou gaziers.

Une telle taxe était réclamée à cor et à cri par des ONG et l'opposition travailliste, mais la majorité conservatrice a longtemps résisté, craignant de décourager l'investissement dans le secteur en pleine crise énergétique, avant de céder face au besoin de remplir les caisses de l’État.

Une taxe pour "soutenir les personnes vulnérables"

Celle-ci "est conforme à d'autres pays européens, comme l'Italie", a fait valoir vendredi un porte-parole du gouvernement britannique, alors que Rome a récemment annoncé une augmen[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi