La bourse est fermée

Les taxes de Donald Trump sur le vin européen vont affecter l’emploi américain

Les Etats-Unis s'apprêtent à "sabrer" le champagne... et dans l'emploi. Car ce sont au final des entreprises américaines qui risquent de faire les frais des tarifs douaniers successifs imposés par l'administration Trump sur les vins européens. Qui voudrait payer 28 dollars pour un verre de vin à 14 dollars ? Pas grand-monde. "Je n'avais jamais licencié personne pour motif économique jusqu'au 18 octobre", quand des sanctions douanières de 25% ont été imposées sur des produits européens, notamment les vins français, allemands ou espagnols, explique Dan Kravitz.

Depuis cette date, le fondateur de Hand Picked Selections, une entreprise qui importe de vins de Provence française et d'Espagne, a dû licencier quatre de ses 13 salariés à temps plein, ainsi que deux employés à temps partiel, dont son propre fils. "Au cours de mes 35 années d'activité, je m'étais séparé de huit ou 10 personnes. Tous l'avaient vu venir et la plupart s'attendaient à cela", a-t-il encore dit à l'AFP. Ironie de l'histoire, il avait démarré l'importation de vins pour pouvoir passer plus de temps avec son jeune fils, pressé de ralentir la cadence après des années à travailler dans la restauration.

>> A lire aussi - Commerce : les USA signent enfin un premier accord avec la Chine

La salve de droits de douane imposés à l'automne était venue conclure une bataille vieille de 15 ans entre les Etats-Unis et l'Europe, autour de subventions accordées à Airbus. Ce sont à présent des vins mousseux français, dont le célèbre champagne, qui sont l'objet du courroux du président Donald Trump : il menace de faire grimper à 100% les droits de douane sur ces produits en représailles cette fois à la taxe française sur les géants du numérique.

"Avec une hausse de 100%... votre verre de vin à 14 dollars devient du jour au lendemain un verre à 28 dollars. Ca n'est viable pour personne", déplore Matt Cirne, responsable du Verjus, un bar de San Fransisco. Le risque, alertent ces professionnels, est que les consommateurs, découragés

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Taux d’intérêt : la BCE s’inquiète des "effets secondaires" de ses largesses
Ce que vous coûtera (au minimum) votre taxe abri de jardin cette année
Royaume-Uni : McDonald's gagne son combat contre un comté récalcitrant
Cette œuvre achetée moins de 1.000 euros vaut désormais une fortune
Donald Trump menace de taxer nos voitures pour forcer la main à l’Europe sur l’Iran