Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 978,72
    -670,70 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 325,07
    -35,25 (-2,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Cette taxe voulue par le gouvernement pourrait faire grimper les prix des billets d'avion

Frog 974/Adobe Stock

Une nouvelle douche froide pour les Français qui ont l’habitude de voyager ? Après plusieurs mois successifs de hausse, les prix des billets au départ de la France ont reflué pour la première fois cette année au mois d’avril, en moyenne de 0,7%. Mais les tarifs pourraient repartir à la hausse, malgré les annonces du gouvernement en septembre dernier. Pour rappel, le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, avait annoncé une nouvelle taxe sur les grands aéroports en 2024 afin de rapporter 600 millions d'euros annuels, mais aussi qu'aucune taxe sur les billets d'avion n'était inscrite dans le projet de budget pour 2024.

Problème, selon Les Échos, lors du dernier congrès de la Fédération nationale de l'aviation (Fnam), les différents participants ont eu une drôle de surprise : ils ont découvert que le gouvernement envisageait une hausse de taxe sur les billets d’avion, plus précisément de la taxe dite de solidarité (TSBA). Celle-ci entraînerait mécaniquement une flambée du prix des billets d’avion. Pourquoi envisager une hausse de cette taxe ? Interrogé, le secrétaire adjoint du SGPE, Frédérik Jobert a estimé qu’elle serait nécessaire pour combler l'écart de taxation «en euros à la tonne de CO2» entre les vols domestiques, les vols intra-européens et les vols long-courriers.

Ces derniers échappent en effet à la fiscalité française et européenne. Or, si l’écart entre un vol intérieur et international est de un à quatre aujourd’hui, il pourrait atteindre un à cinq en 2025 et même un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Reconversions ratées, plateforme peu intuitive… les nombreux défauts du CPF pointés du doigt
Grève des contrôleurs aériens : 70% des vols devraient être annulés à Paris-Orly ce samedi
Frichti : «On devait obéir à des ordres», 150 livreurs saisissent la justice pour travail dissimulé
Les États-Unis accusent la Russie d’avoir laissé «une arme spatiale» en orbite
87 mètres carrés pour moins de 1 000 euros : comment la RATP loge ses employés à prix cassés