La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 472,35
    -41,04 (-0,63 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 725,39
    -29,21 (-0,78 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0187
    -0,0063 (-0,61 %)
     
  • Gold future

    1 792,40
    -14,50 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    22 679,22
    -219,27 (-0,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    533,20
    -2,02 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,53
    -0,01 (-0,01 %)
     
  • DAX

    13 573,93
    -88,75 (-0,65 %)
     
  • FTSE 100

    7 439,74
    -8,32 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,03 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 175,87
    +243,67 (+0,87 %)
     
  • HANG SENG

    20 201,94
    +27,90 (+0,14 %)
     
  • GBP/USD

    1,2071
    -0,0088 (-0,72 %)
     

Taxe sur les multinationales : Bruno Le Maire prêt à passer en force

La taxe minimum de 15% sur les bénéfices des multinationales "sera mise en place" dans l'Union européenne avec ou sans la Hongrie, qui oppose son veto à l'adoption par les 27 de cette réforme négociée au niveau mondial, a assuré jeudi 30 juin le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire. "Je ne lâcherai jamais sur ce sujet et cette taxation minimale sera mise en place dans les mois qui viennent, avec ou sans le consentement de la Hongrie", a-t-il affirmé lors d'un point presse sur le bilan de la présidence française de l'Union européenne (PFUE) sur les dossiers économiques et financiers.

L'adoption d'une directive à l'unanimité des États membres pendant cette présidence de six mois qui se termine ce jeudi était un des objectifs prioritaires de la France. Mais les 27 se heurtent au blocage de la Hongrie, qui a invoqué mi-juin l'impact de la guerre en Ukraine sur l'économie pour opposer son veto. "Je prends ce blocage avec philosophie pour une raison qui est très simple : chacun sait que l'ultime blocage de la Hongrie n'a absolument rien à voir avec la taxation minimale sur les sociétés", a affirmé Bruno Le Maire.

La Hongrie se bat avec la Commission européenne pour obtenir le déblocage des 7,2 milliards d'euros de subventions européennes pour son plan de relance, bloqué pour cause de lutte insuffisante contre la corruption. "Nous travaillons avec (le commissaire européen aux Affaires économiques) Paolo Gentiloni à des solutions alternatives qui permettraient aux États qui le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : le nombre de tests explose de nouveau
“S’il veut éviter le blocage, Emmanuel Macron doit enfin écouter le Parlement”
Record pour les saisies d'avoirs criminels en 2021
Urgences : les propositions choc remises au gouvernement pour limiter la casse cet été
Fraude fiscale : les conséquences de la fin du verrou de Bercy

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles